Jeux de hasard en ligne : obtention de l'agrément de l'ANJ

E-commerce 1303 Vues

Quelles sont les conditions d'obtention de l'agrément de l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL), devenue Autorité Nationale des Jeux (ANJ), permettant de proposer des jeux de hasard payants ?

Attention :
Depuis le 1er janvier 2020, suite à l'ordonnance du 2 octobre 2019 réformant la régulation des jeux d'argent et de hasard, l'ARJEL est supprimée et est remplacée par l'Autorité Nationale des Jeux, une nouvelle autorité administrative indépendante disposant de pouvoirs renforcés et de compétences élargies en matière de régulation des jeux d'argent et de hasard.

Naissance et compétences de l'ARJEL, devenue ANJ

Comment et pourquoi l'ARJEL a été créée ?

La loi du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne a permis de libéraliser l’activité de jeux d’argent et de hasard en ligne. Les autorités françaises ont adopté cette loi sous la pression de la Commission européenne qui en 2006 avait condamné la France pour ses pratiques restrictives en matière de jeux d’argent et de hasard, au nom du principe de la liberté d’établissement prévu par les traités européens. En effet, pendant très longtemps le secteur des jeux d’argent et de hasard a été le monopole d’un petit nombre d’opérateurs d’envergure nationale (PMU, Française de jeux).

Depuis la loi de 2010, le marché des jeux en ligne, qui couvrent les paris hippiques, paris sportifs, et les jeux de cercles (poker), est ouvert à la concurrence.

Quelles sont les attributions de l'ANJ, anciennement ARJEL ?

Comme les anciennes lois relatives à la prohibition des loteries et jeux de hasard (celles de 1836 et 1983 ou encore subsidiairement celle du 5 mars 2007), la loi de 2010 dispose immédiatement dans son article 3 que :

La politique de l’Etat en matière de jeux d’argent et de hasard a pour objectif de limiter et d’encadrer l’offre et la consommation des jeux afin de prévenir le jeu excessif, de protéger les mineurs, d’assurer la fiabilité, l’intégrité et la transparence des opérations de jeu.

C’est dire que le législateur entend contrôler l’accès et l’exercice de l’activité de jeux d’argent et de hasard en ligne.

L’article 15 de la loi du 12 mai 2010 prévoit la création d’une autorité chargée notamment de délivrer des licences aux opérateurs. Un décret du 13 mai 2010 (n°2010-482) régit les conditions de délivrance de l’agrément par l’Autorité Nationale des Jeux (anciennement ARJEL). 

Il s’agit d’une autorité administrative indépendante (AAI) qui peut prendre des décisions et prononcer des sanctions concernant les opérateurs.

Les 3 fonctions principales qui lui sont attribuées sont :

  1. Premièrement de rédiger le cahier des charges,
  2. Ensuite de vérifier que les opérateurs en ligne respectent leurs obligations,
  3. Et enfin la dernière fonction consistant à délivrer les agréments aux futurs opérateurs.

Pour obtenir l’agrément, l’opérateur en ligne devra déposer un dossier auprès de l'ANJ (ARJEL)

Les principales conditions pour obtenir l’agrément de l'ANJ

Les conditions relatives au demandeur

Il existe une série de conditions relatives à la personne du professionnel ou de l'opérateur souhaitant obtenir l’agrément. En premier lieu, le dossier mentionnera les noms et coordonnées de toutes les personnes qui vont prendre part à l’exploitation de l’entreprise en ligne. De même devront être renseignés les noms des personnes titulaires des capitaux de l’entreprise et cela afin de vérifier sa solidité financière. Ensuite, la probité des dirigeants sera contrôlée par l’ANJ (ARJEL) et l’agrément sera refusé à celui ou à celle qui a fait l’objet depuis moins de 10 ans d’une condamnation pénale devenue définitive pour un crime ou délit dont la liste est fournie par le décret du 13 mai 2010.

Une autre série de conditions concerne l’entreprise envisagée elle-même. Elle doit avoir son siège dans un Etat de l’Union européenne ou de l’espace économique européen s’il existe une convention avec la France. L’opérateur devra préciser les lieux à partir desquels l’exploitation aura lieu afin de permettre à l’ANJ de venir contrôler à tout moment l’activité. A ce titre, le dossier devra contenir les plans et un descriptif des lieux.

Les conditions relatives à l'activité

Concernant l’activité proprement dite, le dossier présenté à l’ANJ (ARJEL) devra comporter toutes les informations relatives aux modes d’exploitation projetés, définir pour chaque jeux proposé le processus du traitement des données, sachant que pour chaque catégorie de jeux un dossier séparé devra être constitué auprès de l‘ANJ.

Plus généralement le professionnel devra présenter dans le détail la manière dont il exploitera l’activité de façon à permettre à l’ANJ (ARJEL) en toute transparence de contrôler l’évolution de l’activité. Le professionnel devra surtout préciser les modalités d’accès et d’inscription sur son site des joueurs et les moyens de s’assurer de leur identité et de leur l’âge, selon l’article 17 de la loi du 12 mai 2010.

La demande d’agrément à l'ANJ

L'instruction de la demande d'agrément à l'ANJ

Le délai maximum d’instruction du dossier de demande d’agrément est fixé à 4 mois par le décret de 2010, sauf difficulté particulière qui exigerait un délai plus long. Au cas où le dossier déposé ne serait pas complet, l'ANJ le retournera à l’opérateur en le priant d’apporter les informations manquantes dans le délai de 15 jours, faute de quoi le dossier serait irrecevable.

Tout refus d’agrément doit être motivé précise le décret. L'ANJ accorde l’agrément pour une durée de 5 ans renouvelable. L’opérateur, une fois agréé, continue d’être soumis au respect de certaines obligations. Ainsi, il doit impérativement respecter le cahier des charges élaboré par l'ANJ. Il doit aussi obtenir une double certification auprès d’un organisme indépendant choisi parmi une liste préétablie.

Sanction en cas d'exercice sans agrément de l'ANJ

Enfin, en ce qui concerne les sanctions, tout exercice illégal d’une activité de jeux d’argent et de hasard en ligne est pénalement sanctionné. En effet, l'article 56 la loi du 12 mai 2010, n°2010-476, prévoit une peine d'emprisonnement pouvant aller jusque trois ans d'emprisonnement et 90 000 € d'amende.

En matière de publicité, la loi du 12 mai 2010, n°2010-476, prévoit dans son article 57 également que quiconque fait de la publicité par quelque moyen que ce soit en faveur d’un site de Paris ou de jeux d’argent non autorisé est puni d’une amende de 100 000 euros.

 
Obtenez un devis en 24 heures par nos avocats
Prestation demandée :

Merci de sélectionner le thème de votre devis

Pays ou organisation :
Type de contrat :
Votre besoin :
Votre besoin :
Votre besoin :
Type de règlement :
Votre besoin :
Vos informations :

* : champs obligatoires

Lectures en lien
une application de messagerie avec des notifications
Donnees personnelles 469 Vues

La Cour de cassation a surprit le monde du numérique, en reconnaissant à une banque, en 2018, la possibilité de s’exonérer de son obligation de rembourser les internautes victimes de phishing. La plus grande vigilance s’impose donc à ces derniers.

soleil couchant prit d'un hublot d'avion duquel on voit l'aile
Ecommerce 535 Vues

Quiconque a déjà réservé des billets de train ou d’avion sur internet s’est vu proposer une assurance annulation, destinée à obtenir indemnisation en cas d’imprévu empêchant le départ. Le site Lastminute.com s’est vu reprocher, sur ce point, des abus.

une personne entrain de faire du parapente avec un soleil couchant
Ecommerce 778 Vues

Quelles sont les responsabilités juridiques des différents intervenants dans les offres de type coffrets smartbox ? Analyse de l'évolution législative et de l'apport des différentes réformes en la matière.

Bâtiment blanc et orange, d'une architecture moderne
Contrats 1215 Vues

Qu'est-ce que la garantie décennale ? Quand s'applique t-elle ? Dans quels cas la garantie biennale est vouée à s'appliquer ? Analyse des garanties dans le domaine de la construction : distinction entre menus ouvrages et gros ouvrages, notion de vices non-apparents, etc.

Un homme réalisant des achats sur Internet
Ecommerce 1703 Vues

Quelles sont les règles juridiques régissant les fraudes à la carte bancaire ? Quelles sont les responsabilités et les conditions de remboursement de chacun des intervenants (consommateur, commerçant et banque) en cas de fraude ?

un homme regardant un site internet sur sa tablette
Ecommerce 2208 Vues

Quelles sont les obligations légales dans les sites de petites annonces ? Quelles sont les responsabilités, s'agissant du vendeur professionnel et du vendeur particulier opérant sur une plateforme de petites annonces ? L'éditeur du site est-il responsable ?

Des colis entassés dans une camionnette
Ecommerce 878 Vues

Qu'est-ce qu'un réseau de distribution sélective ? Interdire la commercialisation de produits sur internet aux distributeurs non-agréés est-il constitutif d'une atteinte au principe de libre concurrence ? Analyse de cette problématique juridique.

téléphone sur lequel il y a des conversations à lire
Ecommerce 407 Vues

Par un arrêt en date du 7 novembre 2017, la Cour de cassation a estimé que la mise à disposition aux internautes d’une passerelle informatique « WebIRC » constituait un délit d’entente.

enseigne rouge sur laquelle il est écrit "internet @"
Donnees personnelles 509 Vues

Le cybersquatting peut sembler une bonne idée pour celui qui décide de s’y adonner. Prenant deux formes distinctes, il ne mène toutefois, le plus souvent, à rien, au grand dam des squatteurs.

un sac sur lequel est accroché un masque d'anonymous
Donnees personnelles 607 Vues

Les cyberattaques, qui frappent de nombreux sites internet, visent tant les particuliers que les entreprises. On estime à plus d’un milliard le nombre de cyberattaques en 2018, un chiffre qui a progressé de 32 % en un an.

rue couverte de panneaux publicitaires
Ecommerce 499 Vues

En 2016, Google annonçait avoir supprimé 1,7 milliard de publicités mensongères, illégales ou trompeuses, soit deux fois plus qu’en 2015. Elles étaient 3,2 milliards en 2017, soit l’équivalent de 100 publicités par seconde, contre 2,3 milliards en 2018.