Les licences de logiciels et la propriété intellectuelle des logiciels

Propriété intellectuelle 994 Vues

Le logiciel constitue une arme industrielle essentielle pour les entreprises innovant dans ce secteur de l’économie et par conséquent, au même titre qu’un brevet, une protection est fondamentale.

Comme l’invention de l’ordinateur dans les années 50, celle du logiciel quelques années plus tard fut également une révolution. Les anglo-saxons emploient le terme de hardware pour désigner l’ordinateur lui-même et celui de software pour le logiciel. Les précurseurs dans ce domaine furent les sociétés IBM et bien entendu Microsoft qui se livrèrent une lutte sans merci pour dominer ce secteur de l’industrie logicielle. Microsoft a d’ailleurs bénéficié durant des décennies d’un monopole privilégié pour la distribution de ses logiciels puisque dans chaque ordinateur, personnel ou professionnel, ses programmes informatiques étaient nécessaires pour le fonctionnement de l’ordinateur.

Les enjeux de la protection des logiciels

Cela suffit à comprendre que le logiciel constitue une arme industrielle essentielle pour les entreprises innovant dans ce secteur de l’économie et que par conséquent, au même titre qu’un brevet, une protection est fondamentale. Toutefois, de nouveaux concepts sur le marché du logiciel viennent rendre difficile la protection par le droit d’auteur. Ainsi, l’innovation ne s’arrêtant jamais, de nouvelles formes de logiciels commencent à voir le jour, on pense ici au cloud computing rendu possible par l’Internet et les réseaux (il s’agit d’une nouvelle forme de création logicielle). Par ailleurs, le concept d’interopérabilité inhérent au logiciel et selon lequel un logiciel s’utilise dans un environnement de coopération et de compétition (« coopétition ») avec d’autres logiciels, complique encore un peu plus la garantie que peut offrir le droit d’auteur : on veut une protection mais en même temps il est indispensable d’interagir avec les autres logiciels.

En France, comme dans presque tous les pays, la création de logiciels bénéficie d’une protection au titre des droits d’auteur bien que certains pays y voient parfois une invention brevetable. Le législateur français a fait historiquement le choix d’une protection non pas industrielle (comme le brevet) mais d’une protection proche de celle octroyée pour la propriété littéraire et artistique. Aujourd’hui encore on continue de discuter du statut hybride du logiciel en matière de protection. Cependant, la grande majorité des spécialistes relève qu’il devrait être revêtu de la protection identique à celle du brevet. La pratique ainsi que les juridictions ne manquent d’ailleurs pas de faire référence aux règles régissant la protection des brevets lorsqu’il s’agit de savoir comment est protégé le logiciel.

Cela dit, le droit d’auteur à certain égard s’avère plus protecteur lorsqu’il laisse la liberté discrétionnaire à l’auteur de divulguer ou non son œuvre, tandis que le brevet peut être soumis à une expropriation pour l’intérêt de la Défense nationale par exemple ou encore lorsqu’il s’agit de la durée de protection (70 ans dans un cas, 20 ans dans l’autre). Toujours est-il que l’article L112-2, 13° du Code de la propriété intellectuelle prévoit que le logiciel est une œuvre de l’esprit protégée par la propriété littéraire et artistique et symétriquement l’article L611-10 du même Code exclut le logiciel des inventions brevetables.

Par conséquent, conformément au droit d’auteur, le propriétaire d’un logiciel dispose d’un droit patrimonial et moral sur son œuvre. En vertu de son droit patrimonial il peut accorder une licence d’utilisation.

Les conditions de protection d’un logiciel

Puisqu’il relève du droit d’auteur, le logiciel doit présenter les mêmes critères que toute œuvre de l’esprit et essentiellement, être une création de forme et présenter un caractère original. Avant cela, il faut observer que le logiciel est une création numérique qui n’épouse pas exactement toutes les règles du droit d’auteur. Pour preuve, il n’existe pas d’exception pour copie privée et par ailleurs, comme l’énonce l’article L131-4 du Code de la propriété intellectuelle « la rémunération forfaitaire peut toujours être forfaitaire », alors que dans l’édition par exemple, la rémunération est par principe proportionnelle.

La condition de la création de forme est rapidement vérifiée puisque les idées brutes ne peuvent en elles-mêmes prétendre au statut d’œuvre de l’esprit (elles sont de libre parcours). Il leur faut donc une forme quelconque qui les exprime.

La condition de l’originalité a posé à l’inverse quelques difficultés pour faire entrer le logiciel dans le cadre de la protection juridique prévue par le droit d’auteur. En effet, comment concevoir a priori qu’un programme d’ordinateur comportant des instructions adressées à une machine (c’est la définition du logiciel) puisse constituer une création de forme originale ? Pourtant, la directive européenne du 14 mai 1991 et la Cour de cassation sont finalement parvenues à envisager qu’un langage informatique contenu dans un logiciel pouvait constituer une création originale.

Par conséquent, qu’il s’agisse d’un logiciel de base indispensable au fonctionnement de l’ordinateur ou d’un logiciel d’application, dès lors qu’il porte la marque de l’apport intellectuel de l’auteur, il est une création de forme originale. Ce qui est le cas lorsque l’expression dans le code source est une création propre de l’auteur (Assemblée plénière de la Cour de cassation du 7 mars 1986). Dans une autre décision, la Cour a pu décider que « seul l’effort créatif portant l’empreinte de la personnalité de l’auteur du logiciel peut témoigner du caractère original de l’œuvre et donner lieu à la protection du droit d’auteur » (Chambre criminelle, 27 mai 2008 – n° 07-87.253).

Le droit patrimonial de l’auteur du logiciel

En vertu de l’article L122-6 du Code de la propriété intellectuelle, l’auteur du logiciel dispose du droit d’effectuer ou d’autoriser la reproduction, l’adaptation et la mise sur le marché par vente ou location. Ainsi l’auteur du logiciel dispose des pleins pouvoirs pour exploiter sa création, c’est-à-dire la reproduire en tout ou partie, l’adapter, la traduire etc. afin d’en tirer un profit financier.

Il existe toutefois des exceptions légales à ces droits patrimoniaux. Ainsi, l’auteur du logiciel épuise ses droits de distribution à partir de la première mise sur le marché. L’auteur est également contraint d’autoriser la reproduction en présence d’une interopérabilité entre logiciels. Il doit par ailleurs permettre d’effectuer une copie de sauvegarde lorsqu’elle est nécessaire pour l’utilisation du logiciel. Enfin l’auteur du logiciel doit aussi permettre à celui qui détient une licence d’utilisation de corriger et d’adapter le logiciel conformément à sa destination.

La licence d’utilisation du logiciel

Toutes ces exceptions aux droits de l’auteur du logiciel ne sont pertinentes que si l’utilisateur dispose d’une licence licite d’utilisation du logiciel. En cas d’utilisation sans autorisation, c’est-à-dire en l’absence de licence, l’utilisateur s’expose à des sanctions pour contrefaçon. Ainsi, la cour d’appel de Paris a pu condamner pour contrefaçon une société qui avait mis sur le marché des ordinateurs équipés de logiciels appartenant Microsoft sans licence d’utilisation (CA Paris, 4e Chambre A 9 mars 2005).

L’auteur étant propriétaire de sa création, il peut donc librement conclure des contrats d’exploitation avec des tiers. La licence d’utilisation est un contrat par lequel l’auteur transmet certains droits à l’utilisateur. Cependant, l’utilisateur doit respecter l’ensemble des prescriptions prévues à l’article L131-3 du Code de la propriété intellectuelle. Ainsi, le contrat de licence doit mentionner chacun des droit cédés et préciser le domaine d’exploitation de ces droits quant à son étendue et à sa destination, lieu et durée. Il est impératif pour les parties au contrat de licence d’utilisation de bien rédiger les clauses contractuelles afin d’éviter toute controverse, il est pour cela recommandé d'avoir recours à un avocat spécialisé en propriété intellectuelle.

Les licences progicielles sous plastique ont suscité un débat concernant leur validité. Il s’agit des licences d’utilisation qui se trouvent sous plastique dans les cartons d’achat d’appareils électroniques. La particularité de ces licences, comme d’ailleurs celles des logiciels « en ligne » est d’être des contrats d’adhésion, des contrats pré-imprimés et posent de ce fait des difficultés quant à leur validité au regard des clauses abusives, de la langue employée (souvent l’anglais), etc.

Droit moral de l’auteur du logiciel

Dans ce domaine, l’auteur d’un logiciel ne dispose pas de la même protection que les autres œuvres de l’esprit, on peut même dire qu’elle est très modeste. Ainsi l’auteur du logiciel ne dispose pas de droit de retrait ou de repentir (article L127-7 du Code de la propriété intellectuelle).

L’auteur dispose bien d’un droit au respect de son logiciel mais il est limité à deux cas, à savoir lorsque le cessionnaire apporte des modifications au logiciel qui portent atteinte à l’honneur et à la réputation de l’auteur ou lorsqu’un tiers porte atteinte au logiciel.

 
Obtenez un devis en 24 heures par nos avocats
Prestation demandée :

Merci de sélectionner le thème de votre devis

Pays ou organisation :
Type de contrat :
Votre besoin :
Votre besoin :
Votre besoin :
Type de règlement :
Votre besoin :
Vos informations :

* : champs obligatoires

Lectures en lien
Différents designs de canettes présentant des similitudes
Propriete intellectuelle 777 Vues

Lorsque l’on recherche un nom de marque, il peut être tentant d’opter pour une marque similaire à l’une de celles déjà existante, en misant sur les différences entre les deux. Il convient de mettre en garde contre cette pratique.

une bibliothèque avec des statues de bustes
Propriete intellectuelle 1397 Vues

Plusieurs conditions sont nécessaires pour déposer une marque, et notamment la licéité de la marque. Pour qu’une marque soit licite, elle ne doit pas contrevenir à certaines conventions, à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, et ne doit pas être de nature à tromper le public.

Pull mettant en avant le logo Nike, illustration d'une marque verbale
Propriete intellectuelle 859 Vues

On entend d'une marque figurative une marque qui emploie des caractères, une stylisation, une mise en page non standard, ou bien une caractéristique graphique ou une couleur.

Bouteille de parfum Channel, exemple d'une marque verbale
Propriete intellectuelle 996 Vues

On entend d'une marque verbale, une marque composée exclusivement de mots, de lettres, chiffres ou autres caractères typographiques standards, ou encore d’une combinaison de ceux-ci.

Canette de Coca-Cola, illustration d'une marque semi-figurative
Propriete intellectuelle 2734 Vues

Déposer une marque semi-figurative consiste à déposer une marque composée d’un nom et d’un dessin, afin de différencier des produits ou des services sur un marché.

Bouteille de Coca-Cola tenue en main, illustration d'une marque tridimensionnelle
Propriete intellectuelle 556 Vues

Le dépôt d'une marque tridimensionnelle consiste à déposer une représentation graphique en trois dimensions, afin de différencier des produits ou des services sur un marché.

Logo de Netflix au moment où se produit le son caractéristique de la marque, illustration d'une marque sonore
Propriete intellectuelle 1199 Vues

Déposer une marque sonore consiste à déposer un son ou déposer une phrase musicale (susceptible de représentation graphique), afin de distinguer des produits ou des services.

Photo d'un microscope dans un laboratoire, illustrant le dépôt de brevet
Propriete intellectuelle 2209 Vues

Toute entreprise, quelle que soit sa taille peut être amenée un jour à déposer une demande de brevet en raison de la découverte, dans le cadre de son activité, d’un produit, d’un procédé ou d’une application particulière.

Bâtiment blanc et orange, d'une architecture moderne
Propriete intellectuelle 1229 Vues

Découvrez les enjeux du dépôt d'une marque en France, quels en sont les mécanismes ainsi que les règles qui régissent son enregistrement auprès de l'INPI.

Rue remplie de panneaux numériques publicitaires
Propriete intellectuelle 1184 Vues

Il y a un intérêt primordial à enregistrer une marque. Le dépôt interdit aux concurrents d’utiliser la marque concernée dans le commerce. Le dépôt de marque nécessite cependant l'accomplissement d'une procédure d’enregistrement de marque .

Plusieurs canettes ou bouteilles de sodas
Propriete intellectuelle 597 Vues

Vous n’êtes peut-être pas le premier à avoir l’idée d’utiliser un nom ou un logo, un concurrent l’utilise peut-être déjà dans votre domaine d’activité. Vous risquez dès lors une action en contrefaçon.

Palettes de couleurs
Propriete intellectuelle 3785 Vues

Parmi les conditions de validité de l’enregistrement d’une marque, est exigé le caractère distinctif du signe. La distinctivité de la marque est la fonction essentielle de celle-ci et permet de différencier des produits et services de ceux de concurrents.

Homme travaillant sur son ordinateur au développement d'une identité de marque
Propriete intellectuelle 1986 Vues

Le dépôt d’une marque à l’INPI permet à son titulaire de faire interdire son usage par des entreprises concurrentes. Cette protection ne doit toutefois pas interdire aux autres commerçants l'utilisation de mots habituels pour présenter leurs produits ou services.

Une personne signant un contrat
Contrats 2148 Vues

L'un entraîne une cession totale du droit de propriété sur une marque, tandis que l'autre est utilisé pour donner la permission à quelqu'un d'utiliser une marque sous certaines conditions.

Rue remplie de panneaux numériques publicitaires
Propriete intellectuelle 1856 Vues

Une fois la marque déposée auprès de l’INPI, celle-ci est protégée de toute atteinte par un concurrent et ce pour une durée de protection de 10 ans. Au terme de ce délai, il conviendra de renouveler la marque.

statue d'une femme aux yeux bandés, avec une balance et une épée, symbolisant la Justice
Propriete intellectuelle 1874 Vues

Si un concurrent dépose une marque similaire dans la même sphère d’activité, un recours en contrefaçon de marque sera ouvert au déposant. Le contrefacteur s'expose ainsi à des sanctions civiles et pénales.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Propriete intellectuelle 592 Vues

La marque est le signe le plus répandu parmi les signes distinctifs en droit de la propriété industrielle. La marque permet à son titulaire de disposer d’un monopole d’exploitation.

une machine Ă  Ă©crire de laquelle sort une feuille de papier oĂą l'on voit Ă©crit "copyright claim"
Propriete intellectuelle 13110 Vues

Instituée par l’Arrangement de Nice de 1957, la classification de Nice est une classification internationale constituée de différents produits et services et dédiée à l’enregistrement des marques. Tous les produits et services sont rangés au sein de 45 classes.

logo de l'INPI
Propriete intellectuelle 1516 Vues

Le dépôt de marque en France s'effectue auprès de l'Institut National de la Propriété Industrielle, dit INPI. Afin de déposer une marque il conviendra de s'assurer qu'elle est disponible, ce afin d'éviter d'éventuelles actions en contrefaçon, pour cela nous vous recommandons d'effectuer une recherche d'antériorités.

logo de l'uspto
Propriete intellectuelle 1370 Vues

Comment déposer une marque aux États-Unis ? Quelles sont les différences entre le registre de dépôt principal et le registre additionnel ? Quel est le processus de dépôt ? Découvrez concrètement comment déposer une marque aux USA.

logo de l'EUIPO
Propriete intellectuelle 1087 Vues

Après avoir choisi un nom de votre marque la prochaine étape consiste à savoir comment le protéger. Il s’agit de savoir quelle est la procédure à suivre pour protéger sa marque dans toute l'Union Européenne ? Quelle est l'étendue de cette protection ? Pour quel coût ?

une femme tendant les mains en signe de protection
Propriete intellectuelle 1232 Vues

Qu'est-ce qu'une action en opposition à l'enregistrement d'une marque ? Qui peut l'exercer ? Auprès de qui ? Sous quel délai ? Analyse de ce mécanisme nécessaire à la protection des droits du titulaire d'une marque.

une loupe sur fond bleu
Propriete intellectuelle 1301 Vues

Déposer une marque nécessite plusieurs conditions, il faut notamment que la marque soit disponible, c’est-à-dire qu’elle ne soit pas déjà exploitée par une autre personne. Pour vérifier la disponibilité de la marque, il faut effectuer une recherche d’antériorité.

Un tribunal prit en photo en contre-plongée
Propriete intellectuelle 370 Vues

À l’heure actuelle, la procédure pour protéger une innovation dans l’Union Européenne est onéreuse et peu harmonieuse en raison de l’absence d’un système unifié. Le brevet unitaire européen va changer la donne en renforçant et en complétant le cadre de protection actuel. Analyse de ce nouveau mécanisme de dépôt.

une main d'un robot blanc
Propriete intellectuelle 409 Vues

L'intelligence artificielle n’était au début qu’un simple outil d’aide à la création et permettait de faciliter la tâche à l’homme. Elle peut aujourd’hui générer une création, de façon autonome ou quasi-autonome, non supervisée par l’homme, ce qui engendre de nombreux défis juridiques quant à la réglementation des activités qui lui sont liées.

une machine Ă  Ă©crire de laquelle sort une feuille de papier oĂą l'on voit Ă©crit "copyright claim"
Propriete intellectuelle 454 Vues

Il existe différentes manières pour un créateur de revendiquer son travail : le dépôt de brevets, de marques ou encore les droits d’auteur lui permettent d’obtenir une protection de sa propriété intellectuelle, à condition que certaines conditions soient remplies. Analyse des différentes options qui s'offrent au créateur.