Éditeurs d'applications mobiles : l'adhésion au Play Store et App Store

E-commerce 1316 Vues

Quelles sont les contraintes juridiques pour distribuer une application mobile sur le Google Play Store ou l'App Store d'Apple ? Quelle rémunération pour les éditeurs ?

C’est en réaction contre les politiques de logiciels fermés pratiquées par les  grands groupes informatiques du type Microsoft ou IBM, qu’ont émergé récemment des communautés prônant la technologie libre (ou Open source). Des communautés de développeurs (informaticiens, amateurs en informatique etc…) mettent gratuitement à la disposition du public des logiciels, voire des systèmes d’exploitation. Mais le paradoxe est qu’aujourd’hui, l’Open source s’est professionnalisé. De sorte que les grands groupes se sont en quelque sorte appropriés cette technologie libre, dans le but d’y apporter une valeur ajoutée. Pour ce faire, des contrats sont conclus entre grands groupes et développeurs privés. Ces contrats mettent l’accent sur les droits et obligations réciproques des parties en matière d’utilisation des produits développés.

L'adhésion au Google Play Store (anciennement Android Market)

Le moteur de recherche Google s’est lancé depuis fin 2008 dans un partenariat avec des éditeurs d’applications (les développeurs) en créant une boutique en ligne : l’Android Market. Les détenteurs de téléphones portables Android peuvent grâce à leur système d’exploitation télécharger des applications développées et diffusées par les développeurs sur la boutique Android Market, devenu Google Play Store depuis le 6 mars 2012.

La relation Google/éditeurs d’applications est formalisée par un contrat type contenant les conditions juridiques liées à l’utilisation des applications et plus généralement aux droits et obligations de chacune des parties au contrat.

Il ressort de l’analyse des clauses stipulées par Google dans le contrat de distribution sur Android Market que globalement, le partnership proposé aux développeurs est équilibré et loyal, notamment en ce qui concerne la rémunération et les conditions de retrait de l’application de la boutique en ligne. Toutefois, il est à remarquer que ces clauses prévoient une mise en jeu de la responsabilité du développeur, à raison du contenu de ses applications, qui est parfois excessive.

Les conditions d’adhésion et de tarification à Google Play Store

Les conditions d’adhésion

L’éditeur d’applications qui souhaite mettre en ligne sur la plate-forme Google Play Store une application qu’il a développée, doit obligatoirement ouvrir un compte développeur. Cette inscription s’effectue moyennant des frais d’inscription. Pour cela, l’éditeur complète un formulaire en ligne.

Il doit ensuite accepter les conditions du contrat en ligne. Il s’agit forcément d’un contrat type qui est selon la formule consacrée « à prendre ou à laisser », sans possibilité de négocier les clauses y figurant. L’éditeur doit disposer de la capacité juridique et pour les représentants d’une société, disposer d’un pouvoir de représenter cette société.

En cas de modification du contrat en cours d’exécution, Google soumet par message électronique les nouvelles dispositions à l’acceptation du développeur. Celui-ci doit accepter le nouveau contrat dans un délai de 30 jours, autrement, Google suspend la mise en ligne de l’application, le temps nécessaire au développeur pour faire parvenir son acceptation. Passé le délai de 90 jours sans que le développeur ait adressé son acceptation des nouvelles conditions, Google retire d’office l’application de la boutique en ligne sans octroyer aucune indemnisation au développeur.

Les conditions relatives Ă  la tarification et au paiement

L’éditeur d’une application a le choix de diffuser son application soit gratuitement soit moyennant rémunération. Le développeur qui propose gratuitement une application ne peut par la suite la rendre payante, sauf s’il s’agissait d’une version d’essai gratuit avec option de paiement ultérieur.

Afin de pouvoir facturer aux utilisateurs le téléchargement de son application, le développeur doit souscrire à un compte de paiement géré par un prestataire agréé pour le traitement des paiements. Il s’agira d’un contrat distinct conclu avec ce prestataire. Les conditions de distribution sur Google Play Store prévoient que :

« tous les frais et fonds relatifs aux transactions réalisés sur la boutique en ligne doivent être collectés par le Prestataire chargé du traitement des paiements sur Google Play Store».

Grâce à cette clause, de nombreuses difficultés liées au paiement en ligne seront évitées, le prestataire agrée étant chargé de toutes les transactions financières.

Toutefois, pour certaines applications particulières, comme celle permettant l’achat d’un bien matériel ou d’un service (« par exemple, l'achat de billets de cinéma ou l'achat de l'application d'un quotidien dont le prix inclut également un abonnement à la version papier ») le paiement ne nécessite pas de passer par un prestataire agrée de traitement de paiement.

Google permet au développeur de fixer librement le prix de son application. Les conditions du contrat prévoient d’ailleurs que « le prix fixé par le développeur déterminera le montant du paiement qu’il recevra ». Des frais de transaction versés au prestataire agréé de traitement des paiements s’imputeront sur le prix de vente.

Google accepte de verser au développeur pour chaque application mise en ligne, 70 % du prix du logiciel, (30% allant à Google). Soucieuse de respecter l’esprit qui anime la communauté de l’Open source, la Compagnie Google précise sur les pages de la boutique en ligne qu’elle ne vise à réaliser aucun profit sur ces opérations et les sommes collectées sont destinées à couvrir les dépenses liées à la mise en ligne des applications.

Les obligations et responsabilités de l’éditeur d’applications sur Google Play Store

L’installation de l’application est à la charge du développeur

Le développeur a l’initiative de mettre en ligne son application. Il doit mettre l’utilisateur en mesure de télécharger son application en communicant les informations nécessaires relatives aux codes d’accès. Google refuse évidemment toute application qui n’aurait pas été correctement installée sur la boutique en ligne. Il doit également classer son application parmi l’un des 4 niveaux proposés par Google. Ce classement s’effectue en fonction du contenu de son application selon qu’elle soit ouverte à un public large ou restreint. Ainsi, dès le stade de l’installation Google exerce un contrôle sur la qualité du produit mis en ligne.

Obligations relatives au contenu de l’application

S’agissant du contenu de l’application, les conditions prévues par Google sont classiques et interdisent tout contenu à caractère pornographique et violent notamment. Le développeur ne doit pas profiter de l’installation de son application pour exercer d’autres activités via la boutique en ligne, « y compris le développement ou la distribution de Produit qui entrave, interrompt, endommage ou implique un accès non autorisé à des appareils ou serveurs ».

Le développeur doit présenter son application de manière honnête sans chercher à amplifier ses mérites dans le but d’obtenir une meilleure évaluation dans le classement des applications opéré par Google.

Responsabilité du développeur du fait de son application

Les conditions du contrat précisent en outre que le développeur est seul responsable de l’assistance et de la maintenance des produits mis en ligne. Il est responsable vis-à-vis des utilisateurs de tous les préjudices nés du téléchargement de son application. Ainsi la Compagnie Google est déchargée de toute responsabilité à l’égard du développeur mais aussi de l’utilisateur.

Il s’agit d’une exclusion de garantie et d’une limitation de responsabilité extrêmement larges.

L’utilisateur dispose par ailleurs des coordonnées du développeur et pourra lui soumettre ses réclamations et demandes de remboursement. L’utilisateur pourra ainsi obtenir le remboursement dans un délai de 48 heures pour des applications téléchargées, mais uniquement celles qu’il ne pouvait pas examiner par avance (« par exemple, les sonneries de téléphones portables peuvent en principe être testées avant d’être téléchargées et ne sont donc pas remboursables »). Pour les contestations relatives à des applications d’une valeur inférieure à 10 dollars, le remboursement est automatique et reste à la charge du développeur.

Obligations de respect de la vie privée des utilisateurs

Google se conforme dans ses conditions d’utilisation de la boutique en ligne aux prescriptions de la loi de 1978 relative au traitement des données à caractère personnel des utilisateurs. Ainsi, une clause prévoit que le développeur « s’engage à respecter la vie privée et les droits légaux des utilisateurs ». Allant plus loin, Google exige même que le développeur « informe l’utilisateur en cas d’accès à des informations personnelles le concernant ».

Le retrait de l’application par Google Store Play ou par le développeur

A tout moment, le développeur peut décider de retirer son application de la boutique Google en ligne. Les conditions Google précisent que le retrait de l’application n’affecte pas les applications déjà téléchargées par un utilisateur. Le développeur qui retire son application moins de 12 mois après son téléchargement par l’utilisateur, doit restituer à Google le montant des sommes payées par cet utilisateur. Ce délai de 12 mois contraint ainsi le développeur à maintenir son application pendant un temps raisonnable sur la boutique en ligne, faute de quoi il devra indemniser Google.

Le développeur qui, pour des raisons liées à la violation de droits d’auteurs, est amené à retirer son application, devra informer Google par écrit. Google dispose de la possibilité de retirer l’application de Google Play Store lorsqu’il est constaté que celle-ci présente un contenu portant atteinte aux droits de propriétés intellectuelles ou à d’autres droits appartenant à un tiers ou encore si ce contenu présente un caractère répréhensible par la loi ou les bonnes mœurs. Les produits du développeur doivent non seulement être conformes à la politique de commercialisation prévue par Google mais encore à celles que les partenaires de Google mettent en œuvre (les contrats conclus entre Google et les fabricants de l’Appareil mobile).  Lorsqu’une application figurant sur la boutique en ligne depuis moins de 12 mois est retirée par Google par suite du non-respect des conditions d’utilisation ou d’un comportement malveillant, le développeur doit rembourser à Google le montant de sommes déjà perçues.

Enfin le retrait de l’application peut intervenir à la suite de la résiliation du contrat conclut entre Google et le développeur. Les parties disposent de la faculté de rompre à tout moment le contrat sous réserve de respecter un délai de préavis notifié par écrit de 30 jours.

Les droits d’exploitation de l’application accordés à Google

Les clauses du contrat de distribution exposent clairement que Google n’acquiert aucun droit intellectuel sur les produits des développeurs. Google ne bénéficie que d’une licence d’exploitation non exclusive de l’application. Il s’agit toutefois d’une licence d’exploitation très étendue puisqu’elle s’applique au « monde entier » et qu’elle est d’une « durée illimitée ». La licence d’exploitation accordée pourra s’accompagner de l’utilisation des signes distinctifs et commerciaux de l’application en vue de sa promotion.

Loi applicable et juridiction compétente en cas de contentieux

Google stipule dans ses conditions de distribution que la loi nationale applicable dans la relation entre les parties est celle de l’Etat de Californie. La juridiction compétente en cas de contentieux sera celle de l’Etat de Californie. En principe, en cas de conflit de lois dans l’espace (conflit territorial), il faut s’en rapporter aux éléments d’extranéité (étranger) de la situation juridique en cause et de la nationalité des personnes concernées. Cette question ne se pose pas ici puisque dès lors que le développeur accepte les conditions prévues au contrat de distribution proposé par Google, il consent à l’application de la loi de l’Etat de Californie.

L'adhésion au App Store de Apple

La compagnie informatique Apple propose des partenariats aux développeurs d’applications informatiques afin qu’ils puissent les distribuer sur l’App Store, magasin virtuel où sont disponibles toutes les applications. Sur cette plateforme, sont disponibles des centaines de milliers d'applications concernant tous les domaines, jeux, musique, loisirs…

L’App Store a été mis en place par Apple sur les appareils mobiles fonctionnant avec le système d’exploitation iOS (iPhone, iPad...). Le site iTunes store permet également de télécharger des applications distribuées par Apple. La compagnie Apple met à la disposition des développeurs intéressés par la mise en ligne d’une application, un programme destiné à vérifier la performance de l’application avant de pouvoir la distribuer sur la plateforme.

Apple a élaboré des conditions d’utilisation et de distribution pour contractualiser sa relation avec les développeurs. Ainsi, des conditions relatives à l’adhésion, à la rémunération et à la responsabilité sont stipulées.

Les conditions d’adhésion

Pour s’assurer que les développeurs proposent des applications technologiquement performantes, Apple a mis en place sur son site un programme en 3 phases. Un développeur qui souhaite distribuer son application sur la plateforme doit au préalable adhérer à ce programme de développement.

Dans un 1er temps, le développeur doit souscrire au « programme développement iOS » moyennant des frais d'inscription. Il pourra dès lors accéder à plusieurs outils en vue de développer son application, il s’agit d’une sorte de tutoriel. Il lui sera ainsi possible de poser des questions, de consulter des vidéos et autres outils informatiques.

Ensuite, le développeur pourra utiliser un simulateur afin de tester son application directement sur l’un de ses appareils et s’assurer de sa performance avec l’aide des ingénieurs Apple.

Enfin, après quelques jours d’attente et un contrôle opéré par Apple, l’application pourra être distribuée sur l’App Store. On voit ici qu’Apple, à la différence de Google, accorde une très grande importance au développement de l’application et qu’il effectue plusieurs contrôles et vérifications avant de valider une application. Ce qui du reste ne devrait pas surprendre si l’on se rappelle l’intransigeance qui caractérisait le patron d’Apple, notamment sur la qualité des produits de la marque Apple.

Pour les développeurs qui souhaitent développer une application mais sans pouvoir la tester ni la distribuer sur l’App Store, ils peuvent gratuitement télécharger le logiciel SDK (Software Development Kit).

La rémunération des éditeurs

Comme Google, la compagnie Apple prévoit une rémunération au profit des développeurs égale à 70% des sommes générées par les téléchargements des applications. Apple précise que le développeur décide seul du prix de son application. Le développeur bénéficie de la possibilité d’apporter à son application déjà distribuée de nouvelles fonctionnalités et de la rendre plus attractive. Ces ajouts pourront lui rapporter des revenus supplémentaires.

Les responsabilités

Sur le terrain des garanties et des responsabilités, Apple se montre aussi exigeant que Google. En premier lieu, le développeur s’interdit de proposer des applications à caractère pornographique ou contenant un degré de violence insupportable. Dès lors il répond de tout préjudice causé de ce fait et Apple est déchargé de toute responsabilité à cet égard. Concernant les garanties, Apple ne prévoit de garantir ni le développeur ni l’internaute contre les dommages causés aux appareils mobiles qui résulteraient des applications téléchargées.  Ensuite, les conditions de distribution stipulées par Apple prévoient que le développeur doit respecter les dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à la protection des données personnelles des internautes.

Le développeur s’engage à respecter les droits de propriété intellectuelle et commerciale d’Apple. En contrepartie, Apple stipule ne pas acquérir de droit de propriété sur les logiciels développés par les développeurs.

Par ailleurs, Apple s’autorise à retirer d’office de la plateforme, sans en avertir le développeur,  toute application dont le contenu serait jugé contraire aux conditions d’utilisation stipulées.

 
Obtenez un devis en 24 heures par nos avocats
Prestation demandée :

Merci de sélectionner le thème de votre devis

Pays ou organisation :
Type de contrat :
Votre besoin :
Votre besoin :
Votre besoin :
Type de règlement :
Votre besoin :
Vos informations :

* : champs obligatoires

Lectures en lien
Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Ecommerce 1958 Vues

Les conditions générales de vente servent à définir les règles de la relation client/acheteur. Toutefois, lorsque dans le cadre de l'e-commerce international un litige survient, quelle juridiction est compétente ?

un homme utilisant sa tablette pour surfer sur internet
Ecommerce 1383 Vues

L'achat à distance consiste à acheter un bien ou une prestation de services sur internet, par catalogue, téléphone, téléachat, publipostage, SMS... Les contrats portant sur les achats à distance sont réglementés.

Homme se tenant sur le pas de porte
Ecommerce 1924 Vues

Le démarchage à domicile consiste à solliciter le consommateur afin de lui faire souscrire un contrat. Dans bien des cas, le consommateur est en situation d’infériorité par rapport au vendeur, et cela peut le conduire à une commande qu’il regrettera peut être.

Livraison d'un colis
Ecommerce 1927 Vues

Quel est le délai de livraison légal à respecter ? Que faire en cas de retard/dépassement du délai de livraison ? Comment engager la responsabilité du commerçant ?

Des colis entassés dans une camionnette
Ecommerce 1088 Vues

La garantie de conformité ainsi que la garantie des vices cachés, sont des garanties dites d'ordre public qui visent à protéger les consommateurs.

Un homme réalisant des achats sur Internet
Ecommerce 1937 Vues

Quelles sont les conditions de validation et l'opposabilité des conditions générales de vente (CGV) d'un site e-commerce via la case à cocher et le clic de validation ?

Photo prise au travers de carreaux de lunettes
Ecommerce 1203 Vues

Quelles contraintes juridiques pour la vente de lunettes et lentilles sur internet ? De la tolérance dans le cadre de la vente à distance à l'autorisation officielle : suivi de l'évolution législative.

Une femme au téléphone
Ecommerce 1285 Vues

Aspects juridiques des commandes par téléphone, ou à distance, sans validation préalable des conditions générales de vente et opposabilité de ces CGV.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Ecommerce 858 Vues

Une décision de la CJUE sur l'opposabilité des CGV concernant les sites e-commerce est venue condamner la France. En cause : le support de transmission des CGV qui doit être "durable".

Un tribunal prit en contre-plongée
Ecommerce 1404 Vues

Comment déterminer la juridiction compétente en matière d'e-commerce à l’international ? Quelles spécificités en Union Européenne et dans le monde ? Les notions de vente passive et vente active sont à prendre en compte.

Magasin avec un panneau promotionnel intitulé "special deal"
Ecommerce 5401 Vues

Un commerçant est-il en droit de refuser une vente à un consommateur ? Un bar peut-il refuser de servir un client ? En principe, oui, au nom de la liberté contractuelle du commerçant. Cependant, celui-ci doit avoir un motif légitime de refuser la vente sous peine de sanctions.

Des colis entassés dans une camionnette
Ecommerce 2505 Vues

En matière de vente à distance et notamment d'e-commerce, un droit de rétractation de 14 jours est accordé au consommateur. Il lui permet de se rétracter de son achat sans avoir à justifier de motifs ni payer de pénalités. Attention néanmoins, il existe des exceptions.

Soleil couchant prit d'un hublot d'avion duquel on voit l'aile
Ecommerce 1571 Vues

Le droit de rétractation de 14 jours en matière de vente à distance reçoit une exception dans le cadre d’une offre de vente de voyage sur internet. Cependant, afin de protéger le consommateur, des clauses jugées abusives sont interdites et le commerçant est responsable de plein droit en cas de préjudice ou d'inexécution du contrat.

Microscope dans un laboratoire, illustrant le dépôt de brevet
Ecommerce 813 Vues

La vente en ligne de médicaments est strictement régie par la loi. Découvrez les aspects juridiques de la vente de médicaments sur internet par les pharmacies : limites, conditions et responsabilités.

une personne construisant quelque chose dans son Ă©tabli
Ecommerce 1159 Vues

Quelle est la responsabilité du vendeur qui fabrique lui-même ses produits et les vend via son site internet ou son magasin ? Quelles obligations doivent être respectées ?

Livraison d'un colis
Ecommerce 2186 Vues

Quel est le statut du dropshipping en France, quelle est la loi qui s'applique ? La responsabilité pèse t-elle sur le vendeur ou sur le fournisseur, notamment en cas de vices cachés ou de produits défectueux ?

Des mains remplies de billets
Ecommerce 561 Vues

Aspects juridiques de la rémunération des particuliers sur internet (e-commerce, revenus publicitaires, plateforme de rémunération...). Quelles sont les contraintes liées à la rémunération des particuliers sur internet ?

Un tribunal prit en contre-plongée
Ecommerce 918 Vues

La directive européenne sur l'e-commerce et ses conséquences sur les CGV des e-commerçants français : droit de rétractation, information du consommateur, livraison et retour des produits.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Ecommerce 1808 Vues

La loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN), transpose la directive européenne sur le commerce électronique et pose ainsi un cadre à cette activité. Cette loi crée donc un droit général de l'internet.

Une tablette et un téléphone sur une table
Ecommerce 672 Vues

Quelles sont les conditions de validité de l'acceptation des conditions générales de vente ? La présence d'un lien hypertexte suffit-elle ? La CJUE a rendu plusieurs décisions venant préciser cela.

une personne regardant son téléphone
Ecommerce 729 Vues

Comment réagir en cas de publication par les visiteurs de contenus diffamatoires ou dénigrants sur un site internet? Comment se protéger en tant qu'e-commerçant ? La recherche des responsabilités n'est pas toujours chose aisée.

Un tribunal prit en contre-plongée
Ecommerce 758 Vues

Quelles contraintes pèsent sur les commerçants depuis l'entrée en vigueur de la loi n° 2008-3 du 3 janvier 2008 pour le développement de la concurrence au service des consommateurs, dite Châtel ? Droit de rétractation, modalités de contact et information du consommateur.

Une femme au téléphone
Ecommerce 2038 Vues

La vente par téléphone fait partie intégrante des ventes à distance et, de ce fait, impose des contraintes particulières aux commerçants, notamment au niveau du droit de rétractation.

des livres dans une bibliothèque
Ecommerce 1082 Vues

La vente par internet fait partie intégrante des ventes à distance et, de ce fait, impose des contraintes particulières aux commerçants, notamment au niveau du droit de rétractation. La vente de livres n'y échappe pas.

Un homme réalisant des achats sur Internet
Ecommerce 1223 Vues

Les contrats conclus sur internet accordent au consommateur un droit de rétractation. Ce droit permet au consommateur de renvoyer le produit, sans avoir à régler d'indemnités, sans avoir à présenter de motifs, 14 jours après la réception du produit.

photo en noir et blanc de quelqu'un tapant au clavier de son MacBook
Ecommerce 2263 Vues

Qu'est-ce qu'un contrat de vente en ligne, qui se matérialise le plus souvent sous la forme de conditions générales de vente ? Comment est-il formé ? Quelles sont ses spécificités ?

une personne tapant au clavier de son ordinateur portable
Ecommerce 1920 Vues

Tout professionnel vendant des biens ou des services, que ce soit à destination de professionnels ou de consommateurs, doit se munir de conditions générales de vente (CGV). En l'absence de ces CGV, il s'expose à une sanction administrative.

une personne navigant sur Internet sur sa tablette
Ecommerce 1400 Vues

Parfois obligatoires, selon l’activité d’un site internet, les CGU ou conditions générales d’utilisation sont essentielles pour l’éditeur d’un site internet, quel qu’il soit. Elles ont pour fonction principale de régir les rapports entre l'éditeur et l'internaute ainsi que de prévenir éventuels conflits qui pourraient survenir.

statue d'une femme aux yeux bandés, avec une balance et une épée, symbolisant la Justice
Ecommerce 1020 Vues

Tout site internet doit faire figurer un certain nombre de mentions légales nécessaires à l'information du public afin d'être en conformité avec la loi, ce qu'ils soient édités à titre professionnel ou non-professionnel. En cas de non-respect, l'éditeur du site internet s'expose à des sanctions.

panneau sur lequel il est Ă©crit "e-commerce"
Ecommerce 244 Vues

Face à la multiplication des produits et des services dans notre société de consommation, il paraît essentiel de se démarquer grâce à une méthode de vente adaptée. Toutefois, il convient d’être prudent puisque plusieurs méthodes de vente sont illicites, tandis que d’autres sont soumises à des réglementations drastiques.