Vente de livres sur internet et droit de rétractation

E-commerce 1084 Vues

La vente par internet fait partie intégrante des ventes à distance et, de ce fait, impose des contraintes particulières aux commerçants, notamment au niveau du droit de rétractation. La vente de livres n'y échappe pas.

La loi Lang du 10 août 1981et plus récemment la loi du 26 mai 2011 relative au prix du livre numérique consacre une réglementation spéciale pour la vente de livres, du fait qu’il s’agit non pas d’un produit marchant mais d’un bien culturel. Il n’en demeure pas moins que la vente de livres papier sur internet constitue une vente à distance et relève donc des articles L221-1 et suivant du Code de la consommation.

Il existe une multitude de sites internet offrant la vente de livres. Certaines grandes enseignes spécialisées dans la vente de produits culturels, par exemple la Fnac, se sont lancées dans la vente électronique de livres, en créant leur site dédié. D’autres sociétés ont profité de la nouvelle vague pour s’implanter et se spécialiser dans la vente de livres papier sur internet (Amazon.fr, par exemple). Tous ces cybervendeurs sont tenus de respecter la législation relative au livre. Notamment, la règle du prix unique du livre doit être respectée. Ainsi, les commerçants ne doivent pas accorder des remises supérieures à 5% (le fameux -5% apposé sur les livres vendus à la Fnac).

S’il existe un contentieux avec les représentants des libraires, à propos de la gratuité de la livraison de livres commandés sur Internet, généreusement accordée par certaines grandes enseignes du net, les autres règles de la vente à distance ne posent pas de problèmes particuliers pour s’appliquer. Ainsi le droit de rétractation laissé au consommateur dans le cadre de la vente à distance d’un bien se retrouve également en ce qui concerne la vente de livres sur internet.

Le droit de rétractation appliqué à la vente de livres sur internet

Selon les règles prévues par le Code de la consommation, l’internaute qui effectue l’achat d’un bien sur internet dispose d’un ensemble de droits. Le marchand sur Internet doit en général informer de manière détaillée le consommateur sur la prestation en cause, les modalités de paiement, de livraison, etc.. Plus particulièrement, il doit l’informer de sa faculté de rétractation et lui indiquer clairement que s’il n’est pas satisfait par le livre commandé, il dispose d’un délai de 14 jours francs à partir de la date de réception pour le retourner (article L221-18 du Code de la consommation). Ce droit de rétractation du consommateur est discrétionnaire, aucun motif légitime n’est requis, sauf en cas de mauvaise foi de l’acheteur ou d’enrichissement sans cause (voir l’arrêt CJCE du 3 septembre 2009- Aff. n° C-489-07).

Dès lors que le livre a été retourné au vendeur, le consommateur obtiendra le remboursement des sommes versées, sans que le vendeur ne puisse lui réclamer aucune indemnité.  Le vendeur devra restituer les sommes versées dans les plus brefs délais et en tous les cas dans les 30 jours suivant la date de retour du livre.

L’article L221-28 du Code de la consommation prévoit toute une série de contrats et de biens pour lesquels le droit de rétractation n’est pas possible. Il s’agit d’une disposition destinée à garantir au vendeur un minimum de sécurité juridique. Cela signifie aussi que le vendeur peut très bien déroger par convention à cette disposition et offrir malgré tout un droit de retour au consommateur. Parmi les cas dans lesquels la faculté de rétractation est exclue figurent les contrats de fourniture de magazines et de périodiques. Or le livre étant également un écrit, il aurait été de bon sens de penser que par analogie le législateur a entendu exclure la vente d’un livre du bénéfice du droit de rétractation.  Mais tel n’est pas le cas. Sans doute que, à la différence du magazine ou du périodique, la valeur d’un livre ne s’épuise pas dans le délai de 14 jours. Dans ces conditions, le marchand n’aura pas d’autres choix que de se convaincre de la loyauté du consommateur.

La vente de livres sur Internet en pratique

Dans la pratique, la plupart des enseignes qui vendent des livres sur internet font mention dans leurs conditions générales de vente du droit de rétractation prévu par la loi. Dans le commerce classique, le consommateur qui se procure un livre auprès d’un libraire ne dispose évidemment d’aucun droit de retour, sauf au libraire de « faire un geste commercial ». Dans la vente sur internet, le marchand pratique non seulement ce droit de rétractation légal mais va plus loin encore puisqu’à l’image par exemple du site Amazon, un délai de 30 jours est accordé à l’internaute pour retourner le livre reçu. Pareillement, le site de la Fnac.com offre à l’internaute la possibilité de retourner le livre acheté sur le site dans les 10 jours de sa réception. Certains marchand exige toutefois à ce que le livre soit restitué sous-cellophane, c’est-à-dire tel qu’il a été livré.

En effet, les conditions générales de vente de cette enseigne stipulent que :

Les retours sont à effectuer dans leur état d'origine et complets (emballage, etc..) permettant leur recommercialisation à l’état neuf.

La question se pose de savoir si ce type de clause ne contredit pas la faculté de rétractation du consommateur en le dissuadant de l'exercer.

En d'autres termes, cette clause peut-elle être qualifiée d'abusive et être donc réputée non écrite ? 

La fonction du droit de rétractation étant justement d'essayer le produit, cela ne peut se faire sans détérioration de l'emballage (voir l'arrêt du TGI de Bordeaux du 11 mars 2008). Ainsi selon ce jugement, la seule obligation à la charge du consommateur est de restituer le bien en excellent état sans prendre en compte l'emballage. Ceci est conforme au code de la consommation qui n'envisage l'exclusion du droit de rétractation, en cas de déballage du bien, que pour les produits informatiques ou électroniques. De fait, on pourrait donc penser qu'il s'agit d'une clause abusive en ce qu'elle entrave un droit essentiel du consommateur, celui de pouvoir se rétracter. 

Cependant la particularité du livre fait que c'est la qualité de son contenu qui est jugée non son aspect extérieur. Après avoir débarrassé le livre de son emballage, le consommateur ne sera pas plus avancé dans son jugement pour l'acquérir ou pas, sauf à prendre connaissance de son contenu, et dans ce cas il renoncerait sans doute implicitement à sa faculté de rétractation.

En pratique, le juge recherchera si, en vertu de l'article L212-1 du Code de la consommation, la clause en question crée ou non un déséquilibre significatif des prestations au détriment du consommateur. Il est fort possible que, le consommateur ayant été clairement averti avant de conclure le contrat de l'existence d'une telle restriction à sa faculté de rétractation, le juge n'y verra certainement pas une clause abusive.

 
Obtenez un devis en 24 heures par nos avocats
Prestation demandée :

Merci de sélectionner le thème de votre devis

Pays ou organisation :
Type de contrat :
Votre besoin :
Votre besoin :
Votre besoin :
Type de règlement :
Votre besoin :
Vos informations :

* : champs obligatoires

Lectures en lien
Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Ecommerce 1959 Vues

Les conditions générales de vente servent à définir les règles de la relation client/acheteur. Toutefois, lorsque dans le cadre de l'e-commerce international un litige survient, quelle juridiction est compétente ?

un homme utilisant sa tablette pour surfer sur internet
Ecommerce 1383 Vues

L'achat à distance consiste à acheter un bien ou une prestation de services sur internet, par catalogue, téléphone, téléachat, publipostage, SMS... Les contrats portant sur les achats à distance sont réglementés.

Homme se tenant sur le pas de porte
Ecommerce 1925 Vues

Le démarchage à domicile consiste à solliciter le consommateur afin de lui faire souscrire un contrat. Dans bien des cas, le consommateur est en situation d’infériorité par rapport au vendeur, et cela peut le conduire à une commande qu’il regrettera peut être.

Livraison d'un colis
Ecommerce 1928 Vues

Quel est le délai de livraison légal à respecter ? Que faire en cas de retard/dépassement du délai de livraison ? Comment engager la responsabilité du commerçant ?

Des colis entassés dans une camionnette
Ecommerce 1090 Vues

La garantie de conformité ainsi que la garantie des vices cachés, sont des garanties dites d'ordre public qui visent à protéger les consommateurs.

Un homme réalisant des achats sur Internet
Ecommerce 1938 Vues

Quelles sont les conditions de validation et l'opposabilité des conditions générales de vente (CGV) d'un site e-commerce via la case à cocher et le clic de validation ?

Photo prise au travers de carreaux de lunettes
Ecommerce 1204 Vues

Quelles contraintes juridiques pour la vente de lunettes et lentilles sur internet ? De la tolérance dans le cadre de la vente à distance à l'autorisation officielle : suivi de l'évolution législative.

Une femme au téléphone
Ecommerce 1286 Vues

Aspects juridiques des commandes par téléphone, ou à distance, sans validation préalable des conditions générales de vente et opposabilité de ces CGV.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Ecommerce 859 Vues

Une décision de la CJUE sur l'opposabilité des CGV concernant les sites e-commerce est venue condamner la France. En cause : le support de transmission des CGV qui doit être "durable".

Un tribunal prit en contre-plongée
Ecommerce 1405 Vues

Comment déterminer la juridiction compétente en matière d'e-commerce à l’international ? Quelles spécificités en Union Européenne et dans le monde ? Les notions de vente passive et vente active sont à prendre en compte.

Magasin avec un panneau promotionnel intitulé "special deal"
Ecommerce 5404 Vues

Un commerçant est-il en droit de refuser une vente à un consommateur ? Un bar peut-il refuser de servir un client ? En principe, oui, au nom de la liberté contractuelle du commerçant. Cependant, celui-ci doit avoir un motif légitime de refuser la vente sous peine de sanctions.

Des colis entassés dans une camionnette
Ecommerce 2506 Vues

En matière de vente à distance et notamment d'e-commerce, un droit de rétractation de 14 jours est accordé au consommateur. Il lui permet de se rétracter de son achat sans avoir à justifier de motifs ni payer de pénalités. Attention néanmoins, il existe des exceptions.

Téléphone avec vue sur le magasin d'applications
Ecommerce 1315 Vues

Quelles sont les contraintes juridiques pour distribuer une application mobile sur le Google Play Store ou l'App Store d'Apple ? Quelle rémunération pour les éditeurs ?

Soleil couchant prit d'un hublot d'avion duquel on voit l'aile
Ecommerce 1571 Vues

Le droit de rétractation de 14 jours en matière de vente à distance reçoit une exception dans le cadre d’une offre de vente de voyage sur internet. Cependant, afin de protéger le consommateur, des clauses jugées abusives sont interdites et le commerçant est responsable de plein droit en cas de préjudice ou d'inexécution du contrat.

Microscope dans un laboratoire, illustrant le dépôt de brevet
Ecommerce 813 Vues

La vente en ligne de médicaments est strictement régie par la loi. Découvrez les aspects juridiques de la vente de médicaments sur internet par les pharmacies : limites, conditions et responsabilités.

une personne construisant quelque chose dans son établi
Ecommerce 1160 Vues

Quelle est la responsabilité du vendeur qui fabrique lui-même ses produits et les vend via son site internet ou son magasin ? Quelles obligations doivent être respectées ?

Livraison d'un colis
Ecommerce 2186 Vues

Quel est le statut du dropshipping en France, quelle est la loi qui s'applique ? La responsabilité pèse t-elle sur le vendeur ou sur le fournisseur, notamment en cas de vices cachés ou de produits défectueux ?

Des mains remplies de billets
Ecommerce 561 Vues

Aspects juridiques de la rémunération des particuliers sur internet (e-commerce, revenus publicitaires, plateforme de rémunération...). Quelles sont les contraintes liées à la rémunération des particuliers sur internet ?

Un tribunal prit en contre-plongée
Ecommerce 918 Vues

La directive européenne sur l'e-commerce et ses conséquences sur les CGV des e-commerçants français : droit de rétractation, information du consommateur, livraison et retour des produits.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Ecommerce 1810 Vues

La loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN), transpose la directive européenne sur le commerce électronique et pose ainsi un cadre à cette activité. Cette loi crée donc un droit général de l'internet.

Une tablette et un téléphone sur une table
Ecommerce 672 Vues

Quelles sont les conditions de validité de l'acceptation des conditions générales de vente ? La présence d'un lien hypertexte suffit-elle ? La CJUE a rendu plusieurs décisions venant préciser cela.

une personne regardant son téléphone
Ecommerce 729 Vues

Comment réagir en cas de publication par les visiteurs de contenus diffamatoires ou dénigrants sur un site internet? Comment se protéger en tant qu'e-commerçant ? La recherche des responsabilités n'est pas toujours chose aisée.

Un tribunal prit en contre-plongée
Ecommerce 759 Vues

Quelles contraintes pèsent sur les commerçants depuis l'entrée en vigueur de la loi n° 2008-3 du 3 janvier 2008 pour le développement de la concurrence au service des consommateurs, dite Châtel ? Droit de rétractation, modalités de contact et information du consommateur.

Une femme au téléphone
Ecommerce 2040 Vues

La vente par téléphone fait partie intégrante des ventes à distance et, de ce fait, impose des contraintes particulières aux commerçants, notamment au niveau du droit de rétractation.

Un homme réalisant des achats sur Internet
Ecommerce 1224 Vues

Les contrats conclus sur internet accordent au consommateur un droit de rétractation. Ce droit permet au consommateur de renvoyer le produit, sans avoir à régler d'indemnités, sans avoir à présenter de motifs, 14 jours après la réception du produit.

photo en noir et blanc de quelqu'un tapant au clavier de son MacBook
Ecommerce 2263 Vues

Qu'est-ce qu'un contrat de vente en ligne, qui se matérialise le plus souvent sous la forme de conditions générales de vente ? Comment est-il formé ? Quelles sont ses spécificités ?

une personne tapant au clavier de son ordinateur portable
Ecommerce 1920 Vues

Tout professionnel vendant des biens ou des services, que ce soit à destination de professionnels ou de consommateurs, doit se munir de conditions générales de vente (CGV). En l'absence de ces CGV, il s'expose à une sanction administrative.

une personne navigant sur Internet sur sa tablette
Ecommerce 1400 Vues

Parfois obligatoires, selon l’activité d’un site internet, les CGU ou conditions générales d’utilisation sont essentielles pour l’éditeur d’un site internet, quel qu’il soit. Elles ont pour fonction principale de régir les rapports entre l'éditeur et l'internaute ainsi que de prévenir éventuels conflits qui pourraient survenir.

statue d'une femme aux yeux bandés, avec une balance et une épée, symbolisant la Justice
Ecommerce 1020 Vues

Tout site internet doit faire figurer un certain nombre de mentions légales nécessaires à l'information du public afin d'être en conformité avec la loi, ce qu'ils soient édités à titre professionnel ou non-professionnel. En cas de non-respect, l'éditeur du site internet s'expose à des sanctions.

panneau sur lequel il est écrit "e-commerce"
Ecommerce 245 Vues

Face à la multiplication des produits et des services dans notre société de consommation, il paraît essentiel de se démarquer grâce à une méthode de vente adaptée. Toutefois, il convient d’être prudent puisque plusieurs méthodes de vente sont illicites, tandis que d’autres sont soumises à des réglementations drastiques.