Le refus de vente du professionnel à un consommateur

E-commerce 2676 Vues 0 commentaire

Un commerçant est-il en droit de refuser une vente à un consommateur ? Un bar peut-il refuser de servir un client ? En principe, oui, au nom de la liberté contractuelle du commerçant. Cependant, celui-ci doit avoir un motif légitime de refuser la vente sous peine de sanctions.

Le droit en vigueur dans un pays donné reflète naturellement l’idéologie et le régime politique et économique de ce pays. Ainsi le droit de la vente a-t-il intégré le régime d’économie libérale, teinté de socialisme, qui caractérise la France. La réglementation juridique de la vente comprend des règles favorables à la liberté du commerce et à la liberté contractuelle. Elle comprend aussi une part de règles destinées à protéger les consommateurs dans le cadre des contrats qu’ils concluent avec les professionnels de la vente. Des lois contenues dans le Code de la consommation ont ainsi pour finalité de rétablir le déséquilibre dans les relations entre professionnels et consommateurs lorsque celui-ci est trop significatif.

Il existe donc d’un côté des droits appartenant au professionnel de la vente (le commerçant) et de l’autre, des droits dont bénéficient le consommateur et qui le protègent contre certaines pratiques du commerçant. La confrontation de ces droits opposés débouche sur un rapport de force qui profite dans l’ensemble au commerçant. En effet, la règle en la matière est la liberté pour le commerçant de refuser la vente à un consommateur, au nom de la liberté contractuelle et de la liberté d’entreprendre. Mais l’exercice de cette liberté est soumis à la condition d’un motif légitime. C’est uniquement à cette condition que le commerçant pourra opposer un refus de vendre au consommateur.

Le droit pour le commerçant de refuser la vente

Le commerçant bénéficie en contrepartie des risques qu’il a pris et du capital financier investi dans son commerce, d’une certaine liberté contractuelle. C’est la tradition libérale économique qui a suscité cette liberté au profit du commerçant. Elle consiste dans la liberté de choisir son cocontractant. Le commerçant, maître des produits qu’il distribue, dispose de la faculté de refuser la vente de ses produits de manière arbitraire. La liberté contractuelle a aujourd’hui une valeur constitutionnelle et découle de l’article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789[1]. Cela signifie qu’elle dispose d’une garantie contre tout changement législatif qui viendrait la supprimer.

En principe donc, un consommateur ne peut pas reprocher à un commerçant son refus de lui vendre un bien.

Cette liberté contractuelle s’applique en réalité à tous les types de contrats et non pas seulement à la vente. La manifestation la plus nette de cette liberté s’observe dans les contrats conclus en considération de la personne, tel le contrat de travail, où le professionnel choisit de manière discrétionnaire celui avec qui il désire contracter. Dans le domaine du crédit bancaire, le banquier n’est pas tenu de justifier son refus de consentir le crédit, il dispose d’une totale liberté d’accepter ou de refuser (Assemblée plénière de la Cour de cassation du 9 octobre 2006[2]).

Néanmoins, depuis le développement du droit de la consommation à partir des années 1960, le législateur a souhaité protéger les consommateurs, en situation de faiblesse, par rapport aux commerçants beaucoup plus informés en matière de qualité des produits. Les droits des consommateurs s’étant amplifiés au cours des années, de nombreuses règles ont été posées en leur faveur, dont notamment celles relatives au refus de vente par le professionnel. Il ne s’agit pas d’une remise en cause absolue de la liberté contractuelle du commerçant (constitutionnellement garantie) de choisir son cocontractant, mais de son aménagement pour tenir compte du cadre de la société de protection des droits du consommateur dans laquelle nous évoluons.

La protection du consommateur face au refus de vente du professionnel

Si pendant longtemps, la règle était celle d’une liberté totale pour un professionnel de refuser de vendre son produit à un consommateur, il en va différemment aujourd’hui. En effet, le principe est celui de l’interdiction du refus de vente sans motif légitime. Cette règle est prévue par l’article L122-1 du Code de la consommation[3] selon lequel :

«  Il est interdit de refuser à un consommateur la vente d'un produit ou la prestation d'un service, sauf motif légitime ».

La règle est claire : un commerçant ne peut pas faire valoir sa liberté contractuelle pour refuser, sans motif légitime, la vente d’un produit. En somme il est contraint de vendre son produit à tout consommateur qui se présente à lui, sauf à faire valoir un motif de nature à justifier son refus. Constitue un refus légitime le fait pour un commerçant de ne pas disposer du produit en stock. Le commerçant peut légitimement refuser de servir au bar une personne ivre. De la même façon, un commerçant peut refuser de vendre à un consommateur lorsque l’insolvabilité de ce dernier est connue. En présence d’un consommateur agressif ou qui profère des incivilités, le commerçant est en droit de refuser la vente de ses produits. Beaucoup d’autres situations de ce type où la sécurité et l’intérêt général sont concernés, autorisent le commerçant à refuser la vente.

Néanmoins, les situations les plus problématiques concernent celles où intervient une liberté publique garantie par des textes nationaux ou européens : liberté de conscience, de religion, du respect de la dignité humaine etc…

Le refus d’une prestation de service à l’égard d’un consommateur souffrant d’un handicap physique n’est pas légitime et le commerçant-restaurateur qui refuse l’accès de son restaurant à ce client s’expose aux sanctions prévues aux articles 225-1 et suivants du Code pénal[4]. Par ailleurs, la Cour d’appel de Paris avait sanctionné un restaurateur ayant refusé de servir au client un croque-monsieur en salle car ce type de produit ne se consommant qu’au bar (Paris, 24 septembre 1991, revue Semaine juridique 1992. IV. 199).

De son côté, le commerçant n’est pas privé du droit d’invoquer un motif tenant au respect d’une liberté fondamentale, seulement, toutes les activités commerciales n’y ouvrent pas droit. Ainsi un pharmacien ne peut motiver son refus de vente de produits contraceptifs par des convictions personnelles et éthiques. Ainsi le pharmacien, qui est commerçant, dispose du monopole de la vente de médicaments, ce qui lui interdit de refuser la vente d’un produit contraceptif pour des raisons religieuses (Cour de cassation, chambre criminelle, arrêt du 21 octobre 1998[5]).

Le refus de vente sans motif légitime est sanctionné par une peine d’amende de 1500 euros (contravention de 5e classe) tel que prévu à l’article R132-1 du Code de la consommation[6].

 

[1]Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789

[2]Assemblée plénière de la Cour de cassation du 9 octobre 2006

[3]Article L122-1 du Code de la consommation

[4]Articles 225-1 et suivants du Code pénal

[5]Cour de cassation, chambre criminelle, arrêt du 21 octobre 1998

[6] Article R132-1 du Code de la consommation

Obtenez un devis en 24 heures par nos avocats

Prestation demandée :

Merci de sélectionner le thème de votre devis

Pays ou organisation :

Type de contrat :

Votre besoin :

Votre besoin :

Votre besoin :

Type de règlement :

Votre besoin :

Vos informations :

* : champs obligatoires

Commentaires

Aucun commentaire

Donnez votre avis

* : champs obligatoires

Lectures en lien

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux

Les conditions générales de vente (CGV) de sites e-commerce à l'international

E-commerce 1218 Vues 0 commentaire

Les conditions générales de vente servent à définir les règles de la relation client/acheteur. Toutefois, lorsque dans le cadre de l'e-commerce international un litige survient, quelle juridiction est compétente ?

un homme utilisant sa tablette pour surfer sur internet

E-commerce : information du consommateur et mentions légales

E-commerce 722 Vues 0 commentaire

L'achat à distance consiste à acheter un bien ou une prestation de services sur internet, par catalogue, téléphone, téléachat, publipostage, SMS... Les contrats portant sur les achats à distance sont réglementés.

Homme se tenant sur le pas de porte

Droit de rétractation dans le cadre du démarchage à domicile

E-commerce 1007 Vues 0 commentaire

Le démarchage à domicile consiste à solliciter le consommateur afin de lui faire souscrire un contrat. Dans bien des cas, le consommateur est en situation d’infériorité par rapport au vendeur, et cela peut le conduire à une commande qu’il regrettera peut être.

Livraison d'un colis

La livraison de colis dans le cadre de l'e-commerce : que dit la loi ?

E-commerce 1453 Vues 0 commentaire

Quel est le délai de livraison légal à respecter ? Que faire en cas de retard/dépassement du délai de livraison ? Comment engager la responsabilité du commerçant ?

Des colis entassés dans une camionnette

Vices cachés et conformité des produits vendus sur internet

E-commerce 614 Vues 0 commentaire

La garantie de conformité ainsi que la garantie des vices cachés, sont des garanties dites d'ordre public qui visent à protéger les consommateurs.

Un homme réalisant des achats sur Internet

Validation des CGV : le clic équivaut à une signature manuscrite

E-commerce 1112 Vues 0 commentaire

Quelles sont les conditions de validation et l'opposabilité des conditions générales de vente (CGV) d'un site e-commerce via la case à cocher et le clic de validation ?

Photo prise au travers de carreaux de lunettes

Aspects juridiques de la vente de lunettes et lentilles sur Internet

E-commerce 650 Vues 0 commentaire

Quelles contraintes juridiques pour la vente de lunettes et lentilles sur internet ? De la tolérance dans le cadre de la vente à distance à l'autorisation officielle : suivi de l'évolution législative.

Une femme au téléphone

Valider un contrat sans CGV par téléphone ou à distance

E-commerce 701 Vues 0 commentaire

Aspects juridiques des commandes par téléphone, ou à distance, sans validation préalable des conditions générales de vente et opposabilité de ces CGV.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux

Décision de la CJUE et opposabilité des CGV sur internet

E-commerce 460 Vues 0 commentaire

Une décision de la CJUE sur l'opposabilité des CGV concernant les sites e-commerce est venue condamner la France. En cause : le support de transmission des CGV qui doit être "durable".

Un tribunal prit en contre-plongée

E-commerce et juridiction compétente à l'international

E-commerce 854 Vues 0 commentaire

Comment déterminer la juridiction compétente en matière d'e-commerce à l’international ? Quelles spécificités en Union Européenne et dans le monde ? Les notions de vente passive et vente active sont à prendre en compte.

Des colis entassés dans une camionnette

Le droit de rétractation en matière de vente à distance et d'e-commerce

E-commerce 1396 Vues 0 commentaire

En matière de vente à distance et notamment d'e-commerce, un droit de rétractation de 14 jours est accordé au consommateur. Il lui permet de se rétracter de son achat sans avoir à justifier de motifs ni payer de pénalités. Attention néanmoins, il existe des exceptions.

Téléphone avec vue sur le magasin d'applications

Éditeurs d'applications mobiles : l'adhésion au Play Store et App Store

E-commerce 705 Vues 0 commentaire

Quelles sont les contraintes juridiques pour distribuer une application mobile sur le Google Play Store ou l'App Store d'Apple ? Quelle rémunération pour les éditeurs ?

Soleil couchant prit d'un hublot d'avion duquel on voit l'aile

Les aspects juridiques de la vente de voyages sur internet

E-commerce 805 Vues 0 commentaire

Le droit de rétractation de 14 jours en matière de vente à distance reçoit une exception dans le cadre d’une offre de vente de voyage sur internet. Cependant, afin de protéger le consommateur, des clauses jugées abusives sont interdites et le commerçant est responsable de plein droit en cas de préjudice ou d'inexécution du contrat.

Microscope dans un laboratoire, illustrant le dépôt de brevet

La vente de médicaments sur internet par les pharmacies

E-commerce 415 Vues 0 commentaire

La vente en ligne de médicaments est strictement régie par la loi. Découvrez les aspects juridiques de la vente de médicaments sur internet par les pharmacies : limites, conditions et responsabilités.

une personne construisant quelque chose dans son établi

La responsabilité du vendeur fabricant

E-commerce 642 Vues 0 commentaire

Quelle est la responsabilité du vendeur qui fabrique lui-même ses produits et les vend via son site internet ou son magasin ? Quelles obligations doivent être respectées ?

Livraison d'un colis

Le dropshipping : statut juridique et partage des responsabilités

E-commerce 1293 Vues 0 commentaire

Quel est le statut du dropshipping en France, quelle est la loi qui s'applique ? La responsabilité pèse t-elle sur le vendeur ou sur le fournisseur, notamment en cas de vices cachés ou de produits défectueux ?

Des mains remplies de billets

La rémunération des particuliers sur internet

E-commerce 324 Vues 0 commentaire

Aspects juridiques de la rémunération des particuliers sur internet (e-commerce, revenus publicitaires, plateforme de rémunération...). Quelles sont les contraintes liées à la rémunération des particuliers sur internet ?

Un tribunal prit en contre-plongée

E-commerce/CGV : la directive européenne sur l'e-commerce

E-commerce 516 Vues 0 commentaire

La directive européenne sur l'e-commerce et ses conséquences sur les CGV des e-commerçants français : droit de rétractation, information du consommateur, livraison et retour des produits.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux

Loi pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN)

E-commerce 899 Vues 0 commentaire

La loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN), transpose la directive européenne sur le commerce électronique et pose ainsi un cadre à cette activité. Cette loi crée donc un droit général de l'internet.

Une tablette et un téléphone sur une table

La CJUE remet en cause l'opposabilité des CGV par un lien hypertexte

E-commerce 311 Vues 0 commentaire

Quelles sont les conditions de validité de l'acceptation des conditions générales de vente ? La présence d'un lien hypertexte suffit-elle ? La CJUE a rendu plusieurs décisions venant préciser cela.

une personne regardant son téléphone

Diffamation et dénigrement sur internet, comment se protéger ?

E-commerce 398 Vues 0 commentaire

Comment réagir en cas de publication par les visiteurs de contenus diffamatoires ou dénigrants sur un site internet? Comment se protéger en tant qu'e-commerçant ? La recherche des responsabilités n'est pas toujours chose aisée.

Un tribunal prit en contre-plongée

La loi Châtel et ses contraintes sur les sites internet

E-commerce 403 Vues 0 commentaire

Quelles contraintes pèsent sur les commerçants depuis l'entrée en vigueur de la loi n° 2008-3 du 3 janvier 2008 pour le développement de la concurrence au service des consommateurs, dite Châtel ? Droit de rétractation, modalités de contact et information du consommateur.

Une femme au téléphone

Le droit rétractation dans le cadre de la vente par téléphone

E-commerce 1150 Vues 0 commentaire

La vente par téléphone fait partie intégrante des ventes à distance et, de ce fait, impose des contraintes particulières aux commerçants, notamment au niveau du droit de rétractation.

des livres dans une bibliothèque

Vente de livres sur internet et droit de rétractation

E-commerce 609 Vues 0 commentaire

La vente par internet fait partie intégrante des ventes à distance et, de ce fait, impose des contraintes particulières aux commerçants, notamment au niveau du droit de rétractation. La vente de livres n'y échappe pas.

Un homme réalisant des achats sur Internet

Commerce électronique (e-commerce) et droit de rétractation

E-commerce 664 Vues 0 commentaire

Les contrats conclus sur internet accordent au consommateur un droit de rétractation. Ce droit permet au consommateur de renvoyer le produit, sans avoir à régler d'indemnités, sans avoir à présenter de motifs, 14 jours après la réception du produit.

photo en noir et blanc de quelqu'un tapant au clavier de son MacBook

CGV : le contrat de vente en ligne

E-commerce 1379 Vues 0 commentaire

Qu'est-ce qu'un contrat de vente en ligne, qui se matérialise le plus souvent sous la forme de conditions générales de vente ? Comment est-il formé ? Quelles sont ses spécificités ?

une personne tapant au clavier de son ordinateur portable

Les conditions générales de vente ou CGV

E-commerce 869 Vues 0 commentaire

Tout professionnel vendant des biens ou des services, que ce soit à destination de professionnels ou de consommateurs, doit se munir de conditions générales de vente (CGV). En l'absence de ces CGV, il s'expose à une sanction administrative.

une personne navigant sur Internet sur sa tablette

Les conditions générales d’utilisation ou CGU

E-commerce 699 Vues 0 commentaire

Parfois obligatoires, selon l’activité d’un site internet, les CGU ou conditions générales d’utilisation sont essentielles pour l’éditeur d’un site internet, quel qu’il soit. Elles ont pour fonction principale de régir les rapports entre l'éditeur et l'internaute ainsi que de prévenir éventuels conflits qui pourraient survenir.

statue d'une femme aux yeux bandés, avec une balance et une épée, symbolisant la Justice

La rédaction des mentions légales d'un site internet

E-commerce 497 Vues 0 commentaire

Tout site internet doit faire figurer un certain nombre de mentions légales nécessaires à l'information du public afin d'être en conformité avec la loi, ce qu'ils soient édités à titre professionnel ou non-professionnel. En cas de non-respect, l'éditeur du site internet s'expose à des sanctions.