La différence entre les conditions générales de vente (CGV) et le contrat

Contrats 86 Vues

Avant toute chose, il est nécessaire de comprendre ce que sont le contrat de vente et les conditions générales de vente, appelées plus couramment des CGV, avant de noter les différences qui opposent ces deux documents.
La différence entre les conditions générales de vente (CGV) et le contrat

Le contrat

Le Code civil définit la vente comme « une convention par laquelle l’un s’oblige à livrer une chose et l’autre à la payer » (article 1582 alinéa 1er du Code civil). Pour le formuler autrement, le vendeur s’oblige à délivrer le bien vendu, alors que l’acheteur s’engage quant à lui à payer le prix de ce bien ; il s’agit d’un transfert de propriété payant.

Le contrat est un document prévoyant un certain nombre de droits et obligations aux parties contractantes, que sont l’acheteur et le vendeur. L’acceptation du contrat engage la responsabilité de chacune des parties ; l’acceptation peut être actée au moyen de plusieurs actions : le paiement du prix, la signature du contrat, le commencement de l’exécution de la prestation, … Le contrat est un cadre juridique permettant de protéger les parties contre d’éventuelles clauses que l’on pourrait qualifier d’abusives.

Les conditions générales de vente

Les conditions générales de ventes peuvent être définies comme un document ayant pour objet d’encadrer les relations contractuelles entre un professionnel et ses clients. Il s’agit d’un document établi unilatéralement par le vendeur. Les conditions générales de vente sont plus communément connues sous l’abréviation CGV.

Elles ont pour vocation Ă  informer le client (consommateur ou professionnel) sur les conditions de vente avant toute transaction.

Les CGV constituent un socle pour la négociation des parties ; elles sont avant tout rédigées dans un but d’information du client contractant. Elles peuvent cependant revêtir une importance fondamentale lorsque le vendeur contracte avec un consommateur ou un professionnel puisque différentes dispositions légales vont alors s’appliquer en fonction de la nature de la relation commerciale nouée.

Attention toutefois, les CGV différent tout de même en fonction de l’objet de la prestation vendue.

Quelles différences entre les conditions générales de vente et le contrat ?

Il est important de noter que le contrat de vente écrit ainsi que les CGV visent à remplir un rôle similaire : ajouter des droits et obligations aux parties non prévus par la loi afin de sécuriser leurs transactions. Les CGV et le contrat constituent un socle juridique et contractuel stable pour la relation nouée avec le client. Malgré quelques similitudes, le contrat et les CGV comportent toutefois de nombreuses différences qu’il convient d’exposer afin de ne pas les confondre.

Les CGV représentent un cadre de base à l’activité exercée, et des conditions par défaut de la relation avec les clients. Elles sont généralement un ensemble de questions que se posent les clients, et reprennent donc les principales dispositions légales obligatoires ; c’est le cas par exemple du délai de paiement, du droit de résiliation, de la responsabilité, du respect de la propriété intellectuelle, … Généralement, les CGV sont jointes au bon de commande, la facture ou le devis signé par le client, de manière à s’assurer que celui-ci en soit informé.

A contrario, le contrat doit être compris comme un document conclu spécifiquement avec un client pour la vente d’un bien ou d’une prestation précise. Le contrat peut alors venir s’ajouter aux CGV pour les compléter et/ou les modifier. Ainsi, le contrat aura vocation à décrier les contours de la prestation ou du bien vendu(e) au client, en précisant et décrivant les éléments particuliers à cette vente ; ces éléments peuvent également être ceux issus d’une négociation entre le client et le vendeur.

Les deux documents sont généralement séparés principalement par soucis de praticité. En effet, comme l’on vient de l’exposer, les CGV restent généralement identiques quelle que soit la vente conclue, alors que le contrat peut quant à lui varier en fonction de la prestation et du client.

Par ailleurs, lorsque les prestations que le professionnel propose ne varient que très peu, il se voit offerte la possibilité de n’utiliser que des CGV, ou bien qu’un contrat ; à lui de faire son choix. Ainsi, si la prestation est classique et ne nécessite pas d’aménagements, les CGV peuvent se suffirent à elles-mêmes ; dans ce cas, les conditions générales de vente tiennent lieu de contrat. Toutefois, lorsque la prestation demande un aménagement spécifique entre les différents clients, il est nécessaire de conclure un contrat, reprenant les informations traditionnellement présentes dans les CGV, tout en intégrant les spécificités prévues avec le client (échéances de paiement, crédit, délai de livraison …).

A titre d’exemple, lors d’un achat sur internet d’un objet quelconque, une lampe par exemple, les CGV tiennent alors lieu de contrat ; le paiement du prix par le client engage alors les parties dans la relation contractuelle. Toutefois, pour la réalisation d’une prestation plus complexe, la vente d’une cuisine par exemple, un contrat pourra être conclu, la prestation vendue étant « unique » en fonction du lieu et des aménagements à faire pour le client ; dans ce cas, les CGV pourront être intégrées au contrat signé entre les parties.

Il est à noter que le contrat n’a pas l’obligation d’être écrit ; en effet, le contrat peut être tacite ou oral, et l’échange peut se faire en direct. Ainsi, vertu de la règle du consensualisme, le contrat de vente peut être conclu par écrit ou oralement ; l’écrit n’est donc pas obligatoire sauf exceptions. Tel est par exemple le cas lorsque l’on achète du pain à la boulangerie ; il s’agit bien là d’un contrat de vente, mais aucun document n’est signé, le paiement du prix suffisant à sa conclusion. A contrario, même si la législation n’impose pas de formalisme spécifique, les CGV doivent toujours être prévues par écrit ; une simple communication orale ne suffit pas.

Cependant, même si la rédaction écrite du contrat n’est pas nécessairement obligatoire dans certains cas, il est toutefois recommandé d’en rédiger un. En effet, la preuve de la conclusion du contrat est toujours plus facile à rapporter avec une preuve écrite, permettant notamment de prouver les différentes modalités convenues entre les parties.

Enfin, il est important de comprendre que la forme du contrat importe peu ; celui-ci peut être un acte authentique (reçu et rédigé par un notaire) ou sous signature privée (rédigé librement par les parties). En outre, le support n’a pas lui non plus une grande importance.

Par ailleurs, la Cour de justice de l’Union européenne a considéré dans un arrêt du 5 juillet 2012, que les CGV devaient être transmises sur un support durable ; dans cet arrêt elle sanctionne leur mise à disposition par un seul lien hypertexte. Les CGV peuvent être transmises par tout moyen, pourvu que cette transmission ait lieu sur un support durable ; il peut s’agir d’un support physique, comme un document papier, ou d’un support numérique.

Les mentions obligatoires à insérer dans un contrat de vente et dans les CGV diffèrent sur certains points. Tout d’abord, il est à noter que le contrat a l’obligation de faire apparaître l’identification des parties contractantes, ce qui n’est pas requis pour les CGV qui ont vocation à être plus générales. En outre, le contrat doit être nécessairement daté et signé par les parties contractantes, alors que les CGV ne nécessitent pas un tel formalisme.

Toutefois, de nombreuses similitudes sont tout de même à tenir compte entre ces deux documents. En effet, doivent nécessairement apparaître dans ces deux documents le prix, l’identification de l’objet du conclu, les conditions de paiement ainsi que les délais, …

S’il s’avère que le contrat doit nécessairement comporter la signature des parties contractantes, tel n’est pas le cas pour des CGV. En effet, le contrat de vente, pour être réputé comme accepté par les parties contractantes, doit être daté et signé ; du fait de cette signature, le contrat devient une « loi » pour les parties.

Toutefois, les conditions générales de vente, dès lors qu’elles sont portées à la connaissance de l’acheteur, sont réputées acceptées ; elles n’ont donc pas besoin d’être signées et nécessitent seulement d’être protées à la connaissance du client. Ainsi, en cas de litige, il convient seulement de prouver que l’acheteur en a bien pris connaissance.

Il reste à préciser que les CGV doivent obligatoirement être transmises au client lorsque celuici est un consommateur. En effet, lorsque le client est un consommateur, les CGV constituent une obligation légale d’information prévue par les articles L111-1 et suivants du Code de la consommation ; le vendeur n’a pas la possibilité d’y déroger. Toutefois, lorsque le client est un professionnel, les CGV ne sont obligatoires que lorsque le professionnel en fait la demande (article L441-1 du Code de la consommation).

Pour conclure, il est nécessaire de retenir que le contrat ainsi que les CGV portent de nombreuses similitudes. Toutefois, ces deux outils juridiques comportent des différences d’ordre légal et n’ont pas vocation à remplir les mêmes fonctions dans des cas différents. Les quelques différences évoquées vous permettront d’y voir plus clair lors de la conclusion d’une vente.

Il est à noter que bien qu’ayant vocation à être générales, les CVG peuvent s’adapter et être personnalisées, tout comme le serait un contrat. Pour cela, de nombreux prestataires offrent la possibilité de personnaliser en ligne son contrat ou ses CGV ; cependant, même si ces outils semblent pratiques, il est recommandé de se faire assister d’un professionnel afin de sécuriser cette opération délicate.

Image de Cloé FOUGERARD

Rédactrice Juridique, experte en Droit Privé

Obtenez un devis en 24 heures par nos avocats
Prestation demandée :
Pays ou organisation :
Type de contrat :
Votre besoin :
Votre besoin :
Votre besoin :
Vos informations :

* : champs obligatoires

Lectures en lien
des buildings vus en contreplongée
Societes 2128 Vues

Qu'est-ce qu'une société holding ? Quelle forme peut-elle revêtir ? Quelles sont les différentes possibilités pour la constituer ? Nous vous apportons des réponses sur cette société classiquement utilisée dans le monde de la gestion des groupes d'entreprises.

photo en noir et blanc de quelqu'un tapant au clavier de son MacBook
Donnees personnelles 7259 Vues

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018, son objectif est de renforcer et d’harmoniser la sécurité liée au traitement des données personnelles des citoyens de l’Union européenne. Certaines de ses dispositions traitent de la question du consentement à la collecte de données.

des produits cosmétiques
Ecommerce 3170 Vues

La vente de produits cosmétiques est encadrée par la loi et des obligations pèsent sur le distributeur de tels produits, notamment en raison des risques pour la santé qui peuvent résulter de la vente de produits non-conformes. Découvrez les spécificités liées à la vente de produits cosmétiques sur Internet.

paysage d'une ville avec des gratte-ciels
Societes 6203 Vues

Aussi appréciée par les dirigeants que traquée par les administrations, la convention de trésorerie est une solution de financement intragroupe qui a, sur le papier, tout pour plaire : acte sous-seing privé, informel, souple et opposable à l’administration fiscale, faut-il pour autant y céder à tout prix ? 

une personne signant un contrat
Societes 1606 Vues

La composition de l’actionnariat est fondamentale pour assurer le contrôle et la pérennité d’une société, notamment familiale. Pour assurer un contrôle de l’entrée des nouveaux associés de la société, une clause d’agrément peut être insérée dans les statuts. Analyse du fonctionnement de cette clause.

un homme signant un document
Contrats 4845 Vues

La clause d’anatocisme est devenue une clause standard dans les contrats de crédits et dans les contrats commerciaux, il est donc important de comprendre le mécanisme de l’anatocisme (ou capitalisation des intérêts). Analyse de la clause d'anatocisme et de son encadrement.

un couloir d'une entreprise
Societes 4048 Vues

Le capital social est constitué par les différents apports en numéraire et en nature réalisés à la société à la constitution et en cours de vie sociale. En contrepartie des apports, les associés reçoivent des droits sociaux (parts sociales ou actions) de manière proportionnelle à leur apport.

une pile de documents
Contrats 2773 Vues

Le contrat de franchise est un contrat par lequel une personne, concède à une autre, le droit d’utiliser sa marque ou son enseigne et ses procédés commerciaux. Le contrat de franchise peut contenir une clause d’approvisionnement exclusif, dont il est important de comprendre le mécanisme et les conditions de validité.

trois personnes pointant du doigt un Ă©cran d'ordinateur portable
Ecommerce 2428 Vues

Vous êtes chef d’entreprise et celle-ci est critiquée sur internet ? Le dénigrement émane d’un acteur économique qui cherche à bénéficier d’un avantage concurrentiel en pénalisant son compétiteur. Il est alors temps de réagir, car vous êtes peut-être victime d’une campagne de dénigrement qui pourrait vous coûter cher.

un ordinateur portable, un Ă©cran et des plantes sur une table
Ecommerce 2267 Vues

Vous souhaitez vendre votre site web ou bien tout simplement vous faire une idée de sa valeur, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Malheureusement , la valorisation d’un site internet n’est pas réputée pour être facile. Analysons les principales méthodes d’évaluation ainsi que les facteurs à prendre en compte.

photo en contre plongée de grattes ciels vitrés
Societes 1280 Vues

Vous êtes chef d’entreprise et le moment est venu de procéder à la vente de votre société ? Vous vous demandez certainement comment évaluer sa valeur. Ce calcul n’est pas un exercice facile et plusieurs méthodes existent : évaluation de la valeur par l'actif net corrigé, évaluation de la valeur par un multiple de résultat...

"google adwords" Ă©crit en lettre de scrabble sur fond blanc
Ecommerce 4876 Vues

Si vous utilisez Google Ads, vous vous êtes déjà sûrement demandé ce qu’il se passerait si vous utilisiez comme mot-clé la marque d’un de vos concurrents. Profiter de sa notoriété pour promouvoir votre activité et générer de l’audience peut être tentant, mais cette pratique est-elle légale ? On vous dit tout.

une personne utilisant un ordinateur portable sur une table blanche
Contrats 1965 Vues

La clause d’assortiment est le plus souvent stipulée dans un accord de distribution entre un fournisseur et un distributeur. Bien que la clause d’assortiment est une clause importante des contrats de distribution, il convient d’être vigilant car elle est susceptible de constituer un abus de dépendance économique.

un homme en costume avec un porte-documents en train de marcher
Contrats 1911 Vues

La clause d'astreinte se rapporte à l’obligation de payer une certaine somme d’argent, pour chaque jour de retard dans l'exécution d'un contrat. Elle peut être insérée dans tout contrat afin d’inciter le débiteur à respecter son engagement et à exécuter ses obligations, dans les délais prévus au contrat.

deux personnes consultant des documents, dont une qui signe
Contrats 3588 Vues

La clause de best efforts se rencontre dans de nombreux contrats de la vie des affaires et notamment dans les contrats internationaux. Elle est un moyen de montrer que les parties ont considéré une obligation déterminée comme revêtant une importance particulière. Analyse de sa finalité et de sa portée.

deux personnes se serrant la main
Contrats 2709 Vues

Puisque la loi dispose que les contrats doivent être négociés, formés et exécutés de bonne foi, sans qu’il ne puisse y être dérogé par contrat, l’on peut légitimement s’interroger sur l’intérêt d’insérer une clause de bonne foi au sein d’une convention. Cependant, celle-ci peut présenter un intérêt.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Contrats 2032 Vues

La clause attributive de compétence territoriale est une clause d’un contrat permettant aux parties de déroger aux règles de compétence normalement applicables à un litige afin de le porter devant une juridiction désignée par les parties. Cette clause est cependant soumise à des conditions de validité.

Un tribunal vu en contre-plongée
Contrats 2991 Vues

Les modes alternatifs de règlement des différends se développent de plus en plus. Les contrats contiennent ainsi des clauses de conciliation ou de médiation afin de désigner un conciliateur ou un médiateur dans le but de tenter de rapprocher les parties préalablement à une action en justice.

une bibliothèque avec des statues de bustes
Contrats 4347 Vues

En principe, un litige est soumis à la compétence des juridictions étatiques. Toutefois, il est possible de soumettre le règlement d’un litige à l’arbitrage qui est un mode de règlement des différends confidentiel, rapide et privé, plus adapté aux enjeux propres à certaines matières.

statue d'une femme aux yeux bandés, avec une balance et une épée, symbolisant la Justice
Contrats 1700 Vues

Lorsqu’une transaction est envisagée, les parties cherchent à sécuriser le processus autant que faire se peut. La clause de break-up fees est une indemnité de rupture des négociations. Elle a pour objectif de maintenir les parties engagées et de prévoir une indemnité à la charge de la partie qui se retirerait de l’opération

photo en contre plongée de grattes ciels vitrés
Societes 2398 Vues

La majorité des sociétés comportent plusieurs associés, des divergences d’opinions et des mésententes peuvent survenir au point que le fonctionnement de la société soit paralysé. La clause de buy or sell une clause permettant de surmonter efficacement un conflit entre associés pour favoriser la pérennité de la société.

un réveil mécanique sur une table
Contrats 9096 Vues

La clause de condition suspensive consiste à conditionner la conclusion définitive d’un contrat à la réalisation préalable de certaines conditions. La clause de condition suspensive permet aux parties de sécuriser leurs négociations. Analyse de cette clause et des conséquences de son non-accomplissement.

photo en noir et blanc d'une femme qui fait "chut" avec son doigt
Contrats 3142 Vues

L’accord de confidentialité est systématiquement stipulé dans les contrats d’affaires. Il peut être signé à différents niveaux de la relation : au moment des pourparlers, ou bien dans le cadre de la relation contractuelle et tout au long de cette dernière, l’accord de confidentialité est ainsi une clause de confidentialité.

un homme et une femme discutant autour d'une table
Contrats 2101 Vues

La clause de conscience désigne le droit reconnu à certaines professions de pouvoir s’opposer à une décision ou bien de ne pas accomplir un acte qui relève de leurs fonctions pour des raisons éthiques ou morales. En pratique, le professionnel pourra rompre le contrat de travail dans des conditions favorables.

le soleil se levant sur une ville remplie de grattes-ciels
Societes 4850 Vues

Le droit de vote est une prérogative essentielle des associés. En principe, l’associé est libre de participer aux assemblées générales et de voter en son âme et conscience en faveur ou contre les projets de résolutions proposés à l’ordre du jour. Toutefois, les associés peuvent s’entendre sur le sens à donner à leur vote.

photo en noir et blanc d'un bâtiment à colonnes
Contrats 3022 Vues

La déchéance désigne la perte d’un droit. La déchéance peut avoir pour objet des droits variés tels qu’une garantie, l’autorité parentale ou encore une déchéance de marque. La clause de déchéance porte généralement sur le terme d’un contrat de prêt, on parle alors plus communément de clause de déchéance du terme.

un batiment Ă  l'architecture moderne
Societes 1657 Vues

Contrairement à la délégation de signature, qui autorise le délégataire à signer des documents pour le compte du représentant de la société, sans l’investir de pouvoir de décision, la délégation de pouvoirs investi le délégataire d’une fonction qui lui permet d’agir et de prendre des décisions en tant que mandataire de la société.

des poignées d'une porte fermées par une chaîne et un cadenas
Contrats 6263 Vues

Les clauses de divisibilité et d’indivisibilité sont fréquentes dans les contrats, quelle que soit leur nature. La clause de divisibilité ou d’indivisibilité peut avoir pour objet tant une pluralité de contrats entre eux, que le contenu de clauses d’un même contrat ou encore une prestation.

une cuisine modulable noire et blanche
Contrats 1549 Vues

Le domicile est est le siège légal de la personne, le lieu auquel la loi la rattache, qu'elle y soit présente ou qu'elle s'en éloigne. Le domicile d’une personne et particulièrement d’un salarié peut-il faire l’objet d’une contractualisation ? Quel encadrement doit respecter une clause de domicile pour préserver la vie privée du salarié ?

une personne Ă©crivant sur des feuilles reposant sur une table en bois massif
Contrats 2100 Vues

Dans le langage commun, se dédire consiste à se rétracter, à changer d’avis. En droit, le dédit consiste à se rétracter, à reprendre son consentement pour se désengager d’un contrat, moyennant le paiement d’une indemnité. Analyse de ces clauses.

une personne en costume avec un porte-documents en train de marcher
Contrats 2229 Vues

La clause de non concurrence est une clause insérée dans un contrat qui empêche une personne de faire concurrence à une autre. La clause de non concurrence peut intervenir dans un contrat de travail, lors d’une cession de fonds de commerce ou dans le cadre d’une cession d’entreprise.

une femme tendant les mains en signe de protection
Ecommerce 19999 Vues

Une clause de non-garantie des vices cachés ou clause d’exclusion de garantie des vices cachés est une clause insérée dans un contrat qui permet de décharger le vendeur de tout ou d’une partie de sa responsabilité en cas de découverte d’un vice caché sur la chose vendue. Mais une telle clause est-elle légale ?

une maison blanche, grise et marron sous un ciel bleu
Contrats 3061 Vues

La clause de domiciliation est une clause compliquée à mettre en œuvre et qui limite le salarié à une certaine zone géographique pour installer son domicile alors que la clause de mobilité prévoit la possibilité pour le salarié de changer de lieu de travail mais sans toucher au domicile du salarié.

un groupe de personne ayant un meeting dans une pièce vitrée
Contrats 1712 Vues

La clause d’échelle mobile est une clause qu’on retrouve dans le contrat de bail commercial. Elle permet d’indexer le loyer du bail sur un indice qui servira de base à une révision automatique du loyer en fonction d’une certaine période.

Des palettes de couleurs
Propriete intellectuelle 1688 Vues

La propriété intellectuelle est protégée par la loi, notamment grâce au droit d'auteur, au dépôt de marque, de brevets, etc. Ces dépôts permettent aux créateurs de profiter d'un monopole d’exploitation, ils peuvent se défendre en cas de contrefaçon, disposer d’un avantage concurrentiel et tirer profit de ses inventions ou créations.

Marteau de président, utilisé dans les tribunaux
Contrats 3702 Vues

Un contrat est un accord de volonté entre deux ou plusieurs personnes ayant pour but de créer, transmettre, éteindre ou modifier des obligations. Un contrat crée ainsi un lien de droit entre une personne appelée le débiteur, titulaire d’une obligation contractuelle envers une autre personne, appelée le créancier.

deux personnes consultant des documents, dont une qui signe
Contrats 7471 Vues

Lorsque l’on parle de responsabilité civile, on distingue d’une part la responsabilité délictuelle (article 1240 du Code civil) et d’autre part, la responsabilité contractuelle (article 1217 du Code civil). Cette dernière est bien évidemment soumise à l’existence d’un contrat entre différentes parties.

une calculatrice, un stylo, des feuilles et une plante sur une table
Contrats 5402 Vues

En vertu du principe de la liberté contractuelle, les parties sont libres de conclure et de fixer les conditions de leur contrat comme bon leur semble. L’article 1104 du Code Civil dispose néanmoins que « les contrats doivent être négociés, formés et exécutés de bonne foi ».

un microscope dans un laboratoire
Propriete intellectuelle 1770 Vues

La propriété Intellectuelle est une matière du droit comprenant la propriété littéraire et artistique d’une part et la propriété industrielle d’autre part. La première a pour objet la protection des œuvres de l’esprit, tandis que la seconde a pour objet la protection et la valorisation des inventions, des innovations et des créations.

un réveil mécanique sur une table
Contrats 3567 Vues

L’article 1101 du Code civil définit le contrat comme « un accord de volonté entre-deux plusieurs personnes destiné à créer, modifier, transmettre ou éteindre des obligations ». Lorsque le contrat est conclu pour une durée déterminée, chaque partie doit l’exécuter jusqu’à son terme, comme le prévoit l'article 1218 du Code civil.

un homme signant un document
Contrats 3682 Vues

Par principe, il est admis que l’on ne peut contracter pour autrui. En effet, l'article 1203 du Code civil prévoit que : "on ne peut s'engager en son propre nom que pour soi-même". Néanmoins on peut se porter fort en promettant le fait d’un tiers, c’est-à-dire que l’on s’engage personnellement pour le fait d’un tiers.

des dés sur un circuit imprimé forment les lettres "NFT"
Propriete intellectuelle 2769 Vues

Vous avez sûrement entendu parler des fameux NFT (Non-Fongible Token). Ils ont bouleversé les marchés du monde entier et s'arrachent quelques fois à des millions d’euros. Vous-vous demandez à quoi ils correspondent ? Quel est leur intérêt ? Est-ce qu'un NFT accorde un droit de propriété intellectuelle ? Nous vous répondons.

un homme signant des documents
Societes 1601 Vues

Lors de la rédaction d’un pacte d’actionnaires, les actionnaires sont libres d’y insérer une grande diversité de clauses et son contenu peut donc être relativement varié. Dans cet article, nous allons nous intéresser à une clause bien précise : la clause de droit d’information. Quel est son intérêt ? Comment la rédiger ? Nous vous disons tout.

deux dames signant des documents
Societes 1000 Vues

Vous vous demandez quelles clauses insérer dans votre pacte d’actionnaires ? Les possibilités sont nombreuses ! Le choix doit être fait en prenant en considération vos besoins et votre situation. Nous allons nous intéresser dans cet article à la clause de droit de consultation faisant partie des clauses relatives à la gestion de la société et au droit de vote.

un homme assis qui consulte des graphiques sur sa tablette
Societes 3069 Vues

Les actionnaires sont libres de choisir le contenu du pacte d’actionnaires et donc, les clauses y figurant. Les possibilités étant nombreuses, il est important d’analyser sa situation et ses besoins avec attention. Nous allons, dans cet article, nous intéresser à la clause de répartition des bénéfices contenue dans le pacte d’actionnaires.

vue sur une ville avec des buildings
Societes 1296 Vues

La réussite d’une entreprise suppose généralement une certaine stabilité de ses associés dans le temps. Pour garantir cette stabilité, il est utile de recourir à une clause d’inaliénabilité. Elle assure la pérennité de la société en évitant que certains associés ne la quittent trop tôt.

des bâtiments vitrés reflétant le ciel
Societes 1034 Vues

Au sein d’une société, des conflits entre associés peuvent facilement survenir, ce qui peut conduire à la paralysie totale de l’entreprise. Celle-ci pouvant avoir des conséquences dramatiques pour l’avenir de la société, la mise en place d’une clause d’exclusion est la solution idéale pour éviter cela. Elle permet de débloquer la situation, tout en sauvegardant les intérêts de la société.

deux personnes consultant des documents, dont une qui signe
Contrats 6804 Vues

Lorsque des entreprises entretiennent des relations commerciales avec d’autres, elles peuvent craindre que leur personnel soit recruté par leur concurrent. Pour éviter ce genre de situation, le contrat conclu par ces entreprises peut contenir une clause de non-débauchage. Quel est son intérêt ? Comment la rédiger ? Quand est-elle valide ? Explications.

des buildings vitrés vus de contreplongée
Societes 821 Vues

Lorsque vous décidez de mettre en place un pacte d’actionnaires au sein de votre société, vous pouvez y indexer des clauses et notamment une clause de droit de souscription des parts sociales. Cette clause permet d’anticiper et de prévoir une priorité de droit de souscription lorsqu’une augmentation de capital en numéraire est envisagée.

un homme en costume vu de dos avec un porte document
Societes 974 Vues

Lorsque vous décidez de mettre en place un pacte d’actionnaires au sein de votre société, vous pouvez y inclure une clause de stabilisation des capitaux propres. Le pacte d’actionnaires est un pacte qui a pour objectif de préserver les relations entre les associés de la société et qui va définir les règles de comportement de ces derniers selon des situations précises.

des personnes sur leur lieu de travail qui participent à une réunion
Contrats 220 Vues

Au moment de la rédaction du contrat de travail d’un salarié, l’employeur a la possibilité d’y insérer différentes clauses. Il peut par exemple choisir d’insérer une clause d’exclusivité afin d'interdire au salarié d’exercer une autre activité professionnelle. Il faut toutefois être vigilant car c’est une clause très encadrée, qui doit respecter certaines conditions.

Homme travaillant sur son ordinateur au développement d'une identité de marque
Contrats 414 Vues

Le télétravail c’est lorsque le salarié travaille de chez lui et que ce dernier ne vient pas travailler dans les locaux de l’entreprise pour laquelle il travaille. Le télétravail a été largement développé suite à l’épidémie de COVID. Cependant, le recours au télétravail doit être encadré par le contrat de travail.

Main qui signe un contrat
Contrats 119 Vues

Face à l’engorgement des juridictions, les modes amiables de résolution des litiges sont aujourd’hui largement favorisés. C’est le cas de la médiation qui permet de parvenir à un accord grâce à l’intervention d’un tiers, sans agir en justice. Pour cela, des clauses de médiation sont insérées dans les contrats, notamment dans les conditions générales de vente. Explications.

Homme utilisant un logiciel libre
Propriete intellectuelle 52 Vues

À l’ère du numérique, les logiciels sont de plus en plus nombreux et sont aujourd’hui très largement utilisés. La liberté des utilisateurs étant plus que jamais au centre des débats, le concept de logiciel libre est devenu incontournable. Mais à quoi correspond-il ? Quelles sont les différentes licences existantes ? Cet article va vous aider à y voir plus clair.

Poignée de main entre un robot et un humain
Propriete intellectuelle 22 Vues

Découvrez Juribot, le nouveau chatbot développé par aikan basé sur l'intelligence artificielle qui aide les utilisateurs à trouver des réponses à leurs questions juridiques en droit français.